Mercredi 29 janvier 2020

Musée

Le Grand Paris Express s’offre une vitrine culturelle

Par David Robert (Correspondant à Rio de Janeiro) · lejournaldesarts.fr

Le 12 juin 2015 - 666 mots

PARIS

VITRY-SUR-SEINE [12.06.15] - Le MAC/VAL ouvre vendredi une exposition sur le futur réseau de transport du Grand Paris Express et sa dimension culturelle ambitieuse qu’il va falloir satisfaire.

Le Musée d’art contemporain du Val-de-Marne (MAC/VAL), à Vitry sur Seine, doit accueillir François Hollande vendredi soir pour inaugurer « Les Passagers du Grand Paris Express ». L’exposition explique, illustre et anticipe l’aménagement du futur réseau de métro francilien. Au cœur de ce projet, la ligne 15 du métro longera toute la ceinture sud de Paris, de Champs-sur-Marne à la Défense, en passant par Créteil, Villejuif, Arcueil-Cachan, Saint-Cloud… et Vitry. Le MAC/VAL est approprié pour exposer l’ambition culturelle du Grand Paris Express, la future gare de Vitry-Centre s’érigera à quelques pas de lui, contribuant à le désenclaver. Alexia Fabre, directrice-conservateur en chef du musée et commissaire de l’exposition, est également membre du Comité d’experts des actions culturelles du réseau de transport public du Grand Paris.

Le discours politique du Grand Paris s’est logiquement construit autour de réflexions sur l’urbanisme, le transport et le vivre ensemble. Le chantier du Grand Paris Express (GPE), en est l’expression la plus concrète et sans doute la plus ambitieuse. Dépassant le caractère technique du schéma de transport, l’exposition montre la mise en route de ce projet dans sa dimension culturelle. Huit propositions pluridisciplinaires composent le parcours du visiteur.

A l’entrée, une borne interactive fait entrer le visiteur dans le vif du sujet en permettant de calculer le temps de trajet pour relier une ville à une autre en 2015, 2020 et 2030. Sur un mur, les photographies de Françoise Huguier présentent quelques futurs usagers du GPE, habitants et travailleurs des communes concernées. Pour atteindre le cœur de l’exposition, on croise des « carottes » de sondage, qui évoquent la géologie et l’identité du territoire traversé par le métro (qui descendra jusqu’à 50 mètres sous terre). Puis on longe les différents projets architecturaux reçus à l’occasion des appels d’offre de construction et d’aménagement des gares de la ligne 15. Dans la galerie du bas, Pierre-Olivier Deschamps expose 84 clichés noir et blanc des emplacements, dans leur état actuel, des 68 gares du futur réseau. Seize tables (un peu trop) basses leur font face, où des illustrateurs décrivent chacun à leur façon les seize communes traversées : dialogues retranscrits et éléments d’histoire patrimoniale se superposent aux plans stylisés des villes, témoignages d’une époque dont le Grand Paris Express marquera la fin en ouvrant les perspectives au-delà de l’échelon communal. Au fond, une installation vidéo d’Ange Leccia alterne images de métropoles existantes et fantasmes sur un Paris futur. C’est à l’étage qu’est le clou de l’exposition : les architectes y dévoilent et commentent en vidéo les maquettes de 16 gares, autant de nouvelles portes d’entrée du Grand Paris.

En rassemblant les dimensions sensible et empirique, géologique, intellectuelle et historique, symbolique et enfin architecturale, l’exposition veut épouser la ligne directrice du Schéma directeur d’actions culturelles du Grand Paris : « raconter, préparer, révéler, animer ». Ce slogan structure le document de 90 pages qu’il faut consulter dans le forum de l’exposition si l’on veut mieux comprendre l’enjeu d’une politique culturelle qui doit accompagner ce chantier d’une génération. En « racontant », le chantier devra faire vivre la mémoire des lieux modifiés, par des récits et des expositions. Pour le « préparer », des résidences d’artistes et des ateliers participatifs offriront une préfiguration et une intériorisation du nouvel horizon métropolitain. Le Grand Paris Express sera « révélé » par des « œuvres repères » pérennes et une signalétique propre. Enfin, « l’animation » du réseau se traduira par des œuvres et expositions temporaires, nomades, et la mise en valeur évolutive du patrimoine.

Ce schéma directeur, conçu par l’agence Arter, fait du GPE un élément structurant de l’ambition culturelle de la Société du Grand Paris. Si en France, des projets d’aménagements urbains ont déjà mis l’expression artistique au cœur du cahier des charges (Rives de Saône à Lyon), l’ampleur du chantier donne ici à l’impératif culturel une dimension inédite.

En savoir plus
« Les Passagers du Grand Paris Express », exposition visible jusqu’au 20 septembre.
Musée d’art contemporain du Val de marne (MAC/VAL), place de la libération, 94 400 Vitry-sur-Seine. Mardi-vendredi, 10h-18h. Samedi, dimanche et jours fériés, 12h-19h.
Commissariat : Alexia Fabre. Scénographie : Ruedi Baur.

Légende Photo :
Affiche de l'exposition « Passagers du Grand Paris Express » - Source www.lespassagersdugrandparisexpress.fr

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque