Samedi 29 février 2020

Restauration

La restauration de la Maison de la Reine à Versailles débute avec un an de retard

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 1 octobre 2015 - 681 mots

VERSAILLES [01.10.15] – Alors qu’en 2013 le Château de Versailles annonçait la fin des travaux de restauration pour le printemps 2015, le chantier vient tout juste de débuter au Hameau de la Reine. Il concerne surtout la Maison de la Reine, dans un état de dégradation avancé, qui devrait rouvrir au public en 2016 après des années de fermeture.

« La Maison de la Reine se prépare à être restaurée » a annoncé le Château de Versailles le 30 septembre sur sa page Facebook. En octobre 2013, Catherine Pégard, présidente du Domaine national et du château de Versailles, avait annoncé le lancement de la restauration de la Maison de la Reine pour le printemps 2014, avec un achèvement au printemps 2015. C’est finalement avec un an de retard que les travaux vont commencer dans la Maison de la Reine, bâtiment principal du Hameau composé de onze chaumières de style Normand.

Marie-Antoinette, cherchant à fuir la Cour de Versailles, commande dans le prolongement du petit Trianon un Hameau à son architecte Richard Mique, sorte de village normand de théâtre, avec un ensemble de onze maisons à pans de bois réparties autour du Grand Lac, dominé par la Tour de Malborough. Cinq d’entre elles étaient réservées à l’usage de la Reine et de ses invités : la Maison de la Reine, le Billard, le Boudoir, le Moulin et la Laiterie de Propreté. Tandis que quatre maisons étaient réservées à l’occupation paysanne : la Ferme et ses annexes, la Grange, le Colombier et la Laiterie de Préparation. Une maison était réservée à l’usage domestique : le Réchauffoir, où étaient préparés les plats pour les dîners donnés à la Maison de la Reine ou au Moulin.

Echappant aux destructions révolutionnaires et à la vente, le Hameau est partiellement remis en état et remeublé sous le Premier Empire pour l’impératrice Marie-Louise. Tombant ensuite en désuétude, il est sauvé par le milliardaire John Davidson Rockefeller qui finance une importante restauration dans les années 1930. Cependant, depuis plusieurs décennies, le Hameau est de nouveau rongé par l’humidité, la rouille et recouvert par la poussière, ce qui a conduit à sa fermeture au public. Grâce au mécénat de la maison Dior, une restauration sans précédent a démarré il y a peu, qui va bientôt s’attaquer au bâtiment le plus important, la Maison de la Reine.

Le chantier, dont le coût est estimé à cinq millions d’euros, est important, tant l’état de dégradation des bâtiments est avancé. Ceci s’explique par la fragilité de la construction, qui n’était pas prévue pour durer. « C'était avant tout un lieu de plaisir, explique Jérémie Benoît, conservateur en chef au Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, dans l’Express. Il avait été conçu pour Marie-Antoinette et pour elle seule, après elle, il aurait sans doute été démoli ou rebâti sous une autre forme. D'où cette construction légère, ces murs posés à même la terre, sans fondations ». Une autre cause de cette dégradation rapide est le taux d’humidité très élevé, atteignant 90 % dans certaines pièces. « Nous allons donc extraire l'air ambiant, puis pulser de l'air sec par les cheminées », précise Jérémie Benoît.

Les deux corps de bâtiment de la Maison de la Reine, reliés par une galerie de bois, retrouveront donc leur aspect de la fin du XVIIIe siècle, mais avec le mobilier de l’impératrice Marie-Louise. La teinte dominante était d’un vert d’eau pâle, et les inventaires de 1810 permettent d’avoir des informations précises sur les couleurs et les étoffes, « sur lesquelles travaillent déjà les manufactures Prelle et Tassinari & Chatel, ou encore les passementiers Declercq », assure Jérémie Benoît. En revanche, le Château de Versailles ne possède pas suffisamment de mobilier d’époque Louis XVI pour reconstituer les intérieurs au goût de Marie-Antoinette, c’est pourquoi les conservateurs ont choisi de reconstituer l’intérieur de l’impératrice Marie-Louise, dont le mobilier a été en grande partie conservé.

Tous les jardins et potagers seront également remis en état, d’après les anciens plans. D’ici le printemps 2016, la Maison de la reine et le Réchauffoir attenant devraient enfin ouvrir leurs portes au public.

Légende photos

Vue du Hameau de la Reine et détail de la Maison de la Reine - 20 septembre 2014 © photo Ludosane

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque