Vendredi 27 novembre 2020

Musée

La Nuit européenne des Musées 2017 se veut connectée et participative

Par Marine Vazzoler · lejournaldesarts.fr

Le 19 mai 2017 - 476 mots

PARIS

PARIS [19.05.17] – Pour sa 13e édition samedi soir, la Nuit des Musées mise sur le numérique. Si l’édition de l’année passée avait déjà suscité pléthore de partages sur les réseaux sociaux, l’application « Décrochez la Nuit » proposée cette année par de nombreux musées veut aller plus loin.

Samedi 20 mai, près de 3 000 musées européens gardent (gratuitement) leurs portes ouvertes jusqu’aux 12 coups de minuit dans le cadre de la 13e édition de la Nuit des Musées. L’occasion pour les visiteurs de découvrir les collections de quelques établissements de différentes façons car les musées rivalisent d’inventivité en matière d’animation.

Ainsi, par exemple, la Maison de Victor Hugo à Paris propose une déambulation nocturne, le Musée Guimet une visite des collections Chine bouddhique à la lampe torche tandis que le Musée d’Art Moderne André Malraux au Havre offre aux visiteurs une séance de photographies type « Pierre et Gilles. » Autant d’activités que le public a la possibilité de partager sur les réseaux sociaux.

En effet, à l’ère du tout numérique, rien ne semble exister tant que ce n’est pas partagé sur Facebook, Twitter ou Instagram. Ainsi sur le compte Twitter de l’événement (@NuitdesMusees) on peut lire des invitations au partage de ses découvertes, conseils ou idées en les répertoriant avec le hashtag #NDM. Une manière de faire des visiteurs des acteurs de cette « nuit. »

Partager, ils pourront aussi le faire grâce à l’application pour smartphone « Décrochez la Nuit » créée spécialement pour cette édition 2017. Cette application intègre une forme de réalité augmentée dans le cadre d’un jeu de piste qui est proposé dans certains musées (le Centre Pompidou, les Arts Déco, le Musée de Cluny, le Musée Matisse à Nice, le Musée des Abattoirs de Toulouse ou encore le Musée de Bretagne à Rennes…). S’ils parviennent à trouver le « trésor » caché dans le musée, les visiteurs voient apparaître sur l’application « une œuvre 3D en réalité augmentée représentant un symbole universel » au côté de laquelle ils sont invités à se prendre en photo pour… la partager sur les réseaux sociaux.

Ceux qui ne disposent pas d’un téléphone suffisamment évolué ne sont cependant pas mis sur la touche et peuvent prendre part aux activités proposées dans les différents établissements qu’elles soient des performances musicales ou dansées (Les Abattoirs à Toulouse, Musée national du domaine et château de Pau), des visites-enquêtes (Musée Louvre-Lens) ou des ciné-concerts (Musée de la Corse à Corte). Ils ont également la possibilité d’admirer les travaux d’élèves, allant de la maternelle au lycée, ayant travaillé sur une œuvre de musée dans le cadre du dispositif « La classe, l’œuvre ! »

Créée en 2005, la Nuit européenne des Musées donne aussi la possibilité de découvrir des espaces peu ou pas ouverts au public. Ainsi, à Francfort (Allemagne) le Musée Historique, fermé depuis 2011, ouvre exceptionnellement ses portes pour le week-end, un avant-goût de son inauguration définitive à l’automne prochain.

Légende photo

Affiche de la Nuit européenne des musées 2017 © Nuit des musées

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque