Dimanche 23 février 2020

Politique

La Grèce met fin à sa collaboration avec madame George Clooney

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 14 décembre 2015 - 325 mots

ATHÈNES / GRÈCE

ATHENES (GRECE) [14.12.15] – L’avocate Amal Alamuddin Clooney conseillait le gouvernement grec depuis 2014 dans l’affaire des marbres du Parthénon. La Grèce, ne souhaitant pas suivre ses conseils, a mis fin à leur collaboration.

Le gouvernement grec, préférant la voie diplomatique plutôt que judiciaire dans l’affaire des marbres du Parthénon, a mis fin à sa collaboration avec la très médiatique avocate Amal Clooney, relate le Daily Mail. Depuis octobre 2014, l’épouse de l’acteur George Clooney étudie les options juridiques de la Grèce avec son cabinet d’avocats londonien Doughty Street Chambers et l’archéologue David Hill.

Le ministre de la Culture grecque Aristides Baltas a déclaré lors d'une conférence de presse le 9 décembre que le gouvernement « ne procédera pas à des revendications juridiques parce que nous risquons de perdre l'affaire ». Or si la Grèce perdait le procès à la Cour internationale de la Haye, sa lutte pour récupérer les marbres pourrait prendre fin définitivement.

En mai dernier déjà, le précédent ministre de la Culture grec, Nikos Xydakis, avait annoncé qu’il préférait la voie diplomatique plutôt que judiciaire pour récupérer les marbres du Parthénon, allant ainsi à l’encontre des préconisations d’Amal Clooney. En effet cette dernière avait conseillé au gouvernement grec de faire une demande officielle de rapatriement des marbres puis de soumettre une réclamation juridique à la Cour internationale de la Haye. Elle proposait également un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme en cas de rejet de la demande initiale.

Des officiels grecs discutent dorénavant de la directive du Conseil européen sur le retour des biens culturels ayant quitté illicitement un Etat membre, essayant de trouver une issue au conflit avec le British Museum. « Nous avons maintenant plus d’alliés, a déclaré Aristides Baltas, cela augmente la pression, mais le British Museum résiste ». Quant à Amal Clooney, le gouvernement n’a donc plus besoin de ses services, et l’avocate a été entièrement rémunérée par un riche magnat de la marine grecque.

Légende photo

Amal Clooney en 2014 © Photo Cantab12 - 2014 - Licence CC BY-SA 2.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque