Mercredi 11 décembre 2019

Architecture - Disparition

La carrière posthume de Zaha Hadid : près de 50 édifices

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 4 octobre 2016 - 385 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [04.10.16] – Six mois après son décès, l’architecte Zaha Hadid laisse derrière elle 16 chantiers en cours. Deux gares maritimes ont déjà été inaugurées à titre posthume et près de 50 œuvres pourraient encore voir le jour. Son cabinet figure par ailleurs parmi les lauréats du prix Aga Khan dévoilés lundi 3 octobre.

Zaha Hadid
Zaha Hadid

Décédée à l’âge de 65 ans le 31 mars dernier, l’architecte irako-britannique Zaha Hadid laisse derrière elle une œuvre posthume prolifique. Alors que la gare maritime du port de Salerme était inaugurée en avril dernier, c’est celle du port d’Anvers qui l’a été le 22 septembre. Et 16 chantiers sont encore en cours à travers le monde, parmi lesquels le Grand Théâtre de Rabat (Maroc), le stade Al Wakrah au Qatar pour la Coupe du monde de football en 2022, le pont Danjiang à Taipei (Taiwan), le nouveau terminal de l’aéroport de Pékin (Chine) mais aussi des résidences privées, telles que la résidence Capital Hill à Moscou (Russie).

A cela s’ajoutent 20 projets conçus et sélectionnés mais non commencés, tels que le Performing Arts Center d’Abou Dhabi, la librairie de l’Université de Séville, la galerie des mathématiques du Musée des Sciences de Londres ou encore l’hôtel Stone Towers au Caire. Au total, près de cinquante édifices portant l’empreinte de Zaha Hadid pourraient voir le jour ces dix prochaines années, dans 26 pays. Le cabinet Zaha Hadid Architects est désormais géré par son ancien associé, l'architecte allemand Patrick Schumacher, qui a travaillé avec elle pendant 28 ans. Parmi les réalisations du cabinet, dont les effectifs sont passés de 40 à 400 au cours de ces douze dernières années, figurent la tour du groupe de transport maritime mondial CMA-CGM à Marseille, la piscine des JO de Londres, l'opéra de Canton (Chine) et le MAXXI (Musée national des arts du XXIe siècle) à Rome.

Le cabinet a été récompensé lundi 3 octobre 2016 par le prix Aga Khan pour l’architecture pour la conception de l’Issam Fares Institute (IFI) sur le campus de l’Université américaine de Beyrouth, une réalisation achevée en 2014. Cinq autres projets ont également été récompensés par cette édition du prix. Créé en 1977, le prix Aga Khan identifie et encourage la conception d’édifices qui répondent aux besoins et aux aspirations des communautés dans lesquelles les musulmans ont une présence significative.

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque