Mercredi 12 décembre 2018

Archéologie

Egypte : la chambre funéraire d’une reine inconnue mise au jour

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 5 mars 2010 - 370 mots

SAQQARAH / EGYPTE

SAQQARAH (EGYPTE) [05.03.10] – L’Egypte des pharaons n’en finit pas de livrer ses secrets. Une équipe d’archéologues français vient de découvrir la chambre funéraire d’une reine mystérieuse de l’Ancien Empire (VIe dynastie).

Bahnou. Tel est le nom de cette reine inconnue dont le sarcophage en granit rose au couvercle en basalte de 2,6 mètres de long et 1,10 de haut a été découvert par une mission archéologique française qui fouillait les pyramides des reines près de Saqqara.

Bien qu’il ne reste que quelques bandelettes en lin, des fragments osseux et quelques morceaux de bois et poteries dans la chambre funéraire, la momie a bien été identifiée. Il s'agit d’une reine de la VIe dynastie qui a régné de 2374 à 2192 avant J.-C. a précisé le Conseil suprême des antiquités égyptiennes.

Les archéologues ne peuvent pas encore déterminer si elle était l’épouse de Pépi Ier (2354-2310) ou de Pépi II (2300-2206). Néanmoins son statut de reine est confirmée par une inscription hiéroglyphique sur un des côtés du sarcophage précisant qu’elle est « l’épouse du roi et sa bien-aimée ».

« Nous sommes heureux d’ajouter une reine jusqu'à présent inconnue à l’histoire de l’Egypte » a déclaré Philippe Collombert, directeur de la mission archéologique et professeur à l’université de Genève à l’AFP. Une découverte « d’une rareté sans pareil » à ajouter Galal Mouawwad, inspecteur des antiquités qui a collaboré avec l’équipe française.

Dans la chambre funéraire, des extraits de prières des Textes des Pyramides – qui servent à protéger la demeure de la reine et son passage dans l’au-delà – d’une grande qualité de conservation ont été découverts.

L’intérêt de la découverte réside aussi dans les colonnes de la chambre funéraire recouvertes de hiéroglyphes sur le passage de l’au-delà. En effet, selon M. Collombert, ce genre de disposition et de textes seraient habituellement réservés aux rois ou du moins plus rares dans les sépultures de reines.

Le caveau qui aurait fait l’objet de pillages vers 2200 avant J.-C. – période trouble de la Première période intermédiaire – a également été utilisé comme carrière de pierres pour la construction d’autres monuments.

Il s’agit maintenant de reconstituer avec le peu d’éléments qu’il reste la vie de cette reine pour remplir de nouvelles pages de l’histoire.

Légende photo

Statue en albâtre de Ankhnes-meryre II et son fils Pepi II. VIe dynastie, circa 2288-2224/2194 - Brooklyn Museum - Photographe Keith Schengili-Roberts - Licence Creative Commons 2.5

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque