Du nouveau à Venise

Les collections Guggenheim et Cini s’agrandissent

Le Journal des Arts

Le 24 octobre 2003

Institution emblématique de la fascination qu’inspire la cité des Doges, la Peggy Guggenheim Collection a récemment inauguré une nouvelle aile. Désireux d’optimiser son accueil de 300 000 visiteurs par an, le musée s’est modernisé et rend honneur à la fondatrice de la collection à travers une exposition sur son ancienne galerie new-yorkaise, Art of this Century. À deux pas de là, la Galleria di Palazzo Cini propose d’admirer un superbe ensemble de peintures et d’objets d’art de Toscane et de Ferrare issus de la collection du comte Vittorio Cini.

VENISE - La Peggy Guggenheim Collection de Venise a inauguré le 11 octobre ses nouveaux espaces réalisés par les architectes Giampiero Mazzola et Carlo Sangalli de Progetto Lissone. Les 300 000 visiteurs annuels bénéficieront d’une cour de 160 m2 réservée aux sculptures – dont Digital Water, de Fabrizio Plessi, récent don de l’artiste et de Stahlbau Pichler –, d’un large hall d’entrée pourvu d’une billetterie électronique et de nouveaux audioguides, d’une librairie, de toilettes supplémentaires, et d’un accès amélioré pour les handicapés. Cette réouverture est l’occasion d’une exposition, “Kiesler et Peggy, le visionnaire et la collectionneuse”, préparée par Susan Davidson du Musée Guggenheim de New York, avec la collaboration de Dieter Bogner de la Fondation Friedrich et Lillian Kiesler, à Vienne.

À travers des photographies, dessins, lettres, documents et quelques exemples de décoration, la galerie-musée Art of this Century de Peggy Guggenheim reprend vie, soixante ans après son inauguration en octobre 1942 à New York. Un espace novateur pour l’époque, qui se distinguait par un dialogue harmonieux entre l’art et l’architecture, et que Kiesler avait divisé en trois ambiances différentes : la galerie abstraite, la galerie surréaliste et la galerie cinétique. En l’espace d’une cinquantaine d’expositions, Peggy Guggenheim a convié des artistes européens – de Hans Arp à Giorgio Di Chirico, en passant par Max Ernst et Alberto Giacometti – avant de contribuer  à la promotion des nouveaux “maîtres” de l’art contemporain – de William Baziotes à Robert Motherwell, de Mark Rothko à Clyfford Still sans oublier Jackson Pollock.

À quelques pas de la Peggy Guggenheim Collection, la Galleria di Palazzo Cini rouvre, après deux ans de fermeture, avec la collection du comte Vittorio Cini. L’ensemble, légué à la Fondation Giorgio Cini, est exposé dans le palais privé du comte, une maison-musée qui fait figure d’exception dans le panorama des musées vénitiens après s’être enrichie d’œuvres d’art toscanes et ferraraises de la Renaissance. Au premier étage trône une Madone à l’Enfant attribuée à Piero Della Francesca, aux côtés du Jugement de Pâris de Sandro Botticelli et son atelier, un splendide double portrait de Pontormo et une Madone à l’Enfant et deux anges de Piero Di Cosimo. Le deuxième étage réunit la collection de quatorze peintures de l’école de Ferrare de la Renaissance – ville natale du comte Vittorio Cini –, chefs-d’œuvre parmi lesquels figurent trois tablettes d’Ercole de’Roberti et un magnifique Saint Georges et le dragon de Cosmè Tura. La collection, réorganisée par Giuseppe Pavanello, est présentée jusqu’au 2 novembre, de même que l’exposition documentaire dédiée à Vittore Branca, illustre italianisant et vice-président de la Fondation Cini de 1953 à 1996.

PEGGY GUGGENHEIM COLLECTION

Palazzo Venier dei Leoni, Dorsoduro 701, Venise, tél. 39 041 2405 411, tlj sauf le mardi 10h-18h, www.guggenheim-venice.it

PEINTURES DE TOSCANE ET DE FERRARE, SCULPTURES ET OBJETS D’ART

Jusqu’au 2 novembre, Galleria di Palazzo Cini, Dorsoduro 864, San Vio, Venise, tél. 39 041 521 0755, tlj sauf lundi 11h-19h, www.cini.it

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°179 du 24 octobre 2003, avec le titre suivant : Du nouveau à Venise

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque