Vendredi 28 janvier 2022

Musée

Comment Lego peut faire revivre le musée incendié de Rio

Par Sindbad Hammache · lejournaldesarts.fr

Le 20 janvier 2019 - 364 mots

RIO DE JANEIRO / BRÉSIL

Deux publicitaires de Sao Paulo veulent lancer une réplique en Lego du musée pour financer sa reconstruction.

Lego Rio de Janeiro
Projet de création du Musée National de Rio de Janeiro en LEGO, créé par Caio Gandolfi et Diego Ferrite
Photo LEGO

Ils n’avaient jamais visité le Musée national de Rio de Janeiro avant son incendie tragique en septembre 2018. Cela n’a pas empêché Caio Gandolfi et Diego Ferrite de se mobiliser pour la reconstruction de ce bâtiment qui, avant la catastrophe, abritait l’une des plus grandes collections d’histoire naturelle et d’anthropologie d’Amérique du Sud. Pour réunir des fonds destinés aux travaux, les deux amis publicitaires à Sao Paulo ont eu l’idée de lancer une version en Lego du bâtiment.

L’idée germe lorsqu’ils apprennent que des particuliers peuvent déposer des projets sur un site de la marque danoise, qui sont ensuite soumis à l’approbation des internautes. Les deux Paulistes mettent donc en ligne une maquette reproduisant le bâtiment du musée, et en une dizaine de jours, le seuil des 10 000 votes nécessaires à l’étude du projet par le constructeur de jouet est atteint.

L’étape suivante sera l’estimation de la faisabilité du projet par Lego, puis « si le projet sort, toutes les royalties récoltées seront destinées au fond de reconstruction du musée », annonce Caio Gandolfi dans les colonnes de O Dia. Le binôme s’est d’ailleurs engagé formellement auprès d’Alexander Kellner, directeur du Musée national. 

L’incendie survenu quatre mois auparavant avait emporté avec lui 20 millions d’objets historique, artistique et culturels, parmi lesquels des pièces d’une grande valeur scientifique. Conscient de l’aspect irréversible de cette perte, Gandolfi confie : « Je ne pourrais jamais voir les objets perdus pour toujours, mais le bâtiment en soi peut être reconstruit et les gens ne peuvent pas laisser passer cette occasion ». Le bâtiment a d’ailleurs une importance patrimoniale, c’est une ancienne résidence du début du XIXème siècle de la famille royale brésilienne.

Ce coup de pouce original intervient alors que l’institution carioca réaffirme la permanence de ses missions malgré la catastrophe. Le Musée national présente en effet une première exposition depuis l’incendie : consacré au continent Antarctique, elle se tient au Centro cultural da casa da moeda, une institution associée au musée sinistré. Pour Alexander Kellner, c’est la « preuve que le musée est vivant et continue à remplir sa fonction ».

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque