Vendredi 20 septembre 2019

Nomination

Catherine Pégard renouvelée au Château de Versailles

Par Jean-Christophe Castelain · lejournaldesarts.fr

Le 5 septembre 2019 - 363 mots

VERSAILLES

L’ancienne conseillère de Nicolas Sarkozy à l’Elysée est reconduite à la tête de l’établissement qu’elle occupe depuis 2011.

Catherine Pégard
© Photo Thierry Bouet

Critiquée lors de sa nomination en 2011 à la présidence de l’Etablissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, pour cause de favoritisme, Catherine Pégard a su se faire accepter.

Ce n’était pas gagné pour cette ancienne journaliste étiquetée à droite (Le Quotidien de Paris, Le Point) devenue la conseillère politique de Nicolas Sarkozy lorsque celui-ci est arrivé à l’Elysée et qu’il a nommée lui-même à la tête du château pour un mandat de 5 ans.

Elle a même été reconduite par François Hollande en 2016.

Sachant habilement ne pas trop se mettre en avant et s’entourer d’une bonne équipe elle a tenu la barque du grand Schéma directeur malgré les pressions budgétaires. Annoncé en 2003, démarré en 2004, ce programme ambitieux pluriannuels de travaux de restauration, estimé à l’origine autour de 500 millions d’euros terminait sa phase I (réhabilitation du Grand Commun, restitution de la grille royale ou restauration de la galerie des Glaces) au moment de son arrivée. 

Au prix d’un rééchelonnement des travaux, elle a obtenu les financements nécessaires (public et privé via le mécénat) pour lancer les phases suivantes, marquées par la réouverture en début d’année des appartements de la Reine après trois ans de travaux et la poursuite de la restauration de la Chapelle Royale qui doit se terminer en 2021. Le budget 2019 prévoit 6,5 M€ de travaux.

Elle a maintenu un riche programme d’expositions tout en conservant la présence de l’art contemporain, il est vrai plus tempéré que les goûts de son prédécesseur Jean-Jacques Aillagon.

Comme c’est l’usage, la durée du troisième mandat n’a pas été communiquée. Agée aujourd’hui de 65 ans (depuis le mois d’août), en théorie elle devrait quitter son poste avant 2022. Mais des dérogations sont possibles. Une faveur dont n’avait pas bénéficié Jean-Jacques Aillagon dont le mandat s’était terminé pour ses 65 ans, précisément pour laisser la place à Catherine Pégard.

Autre attention à l’égard de Catherine Pégard, son renouvellement a été annoncé un mois avant l’échéance. Ce qui est loin d’être le cas pour les autres directeurs d’opérateur culturel.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque