Samedi 24 février 2018

Parcours

Beauté grecque

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 7 juillet 2010

Le Musée du Louvre a inauguré ses nouvelles salles d’art grec classique et hellénistique : un parcours subtil et ingénieux.

PARIS - Pour démarrer la période estivale, le Musée du Louvre, à Paris, offre à ses visiteurs des salles d’art grec classique et hellénistique entièrement repensées, avec un soin particulier porté à l’une des stars de l’institution, la Vénus de Milo. Les deux grandes galeries correspondant aux anciens appartements royaux n’avaient pas été rénovées depuis 1982 et ne faisaient pas partie du programme du Grand Louvre. Leur organisation chronologique ne permettait pas une visite satisfaisante, car le public, qui accédait à ces espaces depuis différentes entrées, ne pouvait en comprendre la logique. De plus, la masse de visiteurs venus admirer la Vénus de Milo avait contraint les équipes du musée à repousser les autres œuvres sur les côtés, rendant l’ensemble encore un peu plus confus.

Pour résoudre ces problèmes, le conservateur Jean-Luc Martinez a imaginé un parcours géographique puis thématique. « Nous avons voulu favoriser la rencontre du public avec des objets, mais aussi les hommes qui les ont conçus, ceux qui les ont commandés. La Vénus de Milo répond finalement à deux problématiques, l’une d’ordre géographique – rares sont les visiteurs à savoir qu’il s’agit d’une île – et l’autre, mythologique – elle porte un nom romain. Ces deux éléments et son succès ont servi de point de départ à notre réflexion », explique-t-il. La galerie Nord illustre ainsi la diversité de la civilisation grecque, construisant une sorte de voyage au cœur du monde grec, dans les cités d’Italie du Sud, en Macédoine et en Grèce du Nord, en Asie Mineure, en Égypte et en Cyrénaïque (Libye). Elle a été scindée en de petites alcôves correspondant à ces différentes régions, associant aux stèles funéraires et statues des bijoux, céramiques, figurines en terre cuite ou vases. Les panneaux pédagogiques et cartels apportent des informations sur les cultes, la religion, la société et l’autorité politique.

Baignée d’une lumière plus crue, mise en scène de manière théâtrale, la galerie Nord offre une perspective subtile et ingénieuse pour conduire le visiteur aux pieds de la Vénus de Milo (restaurée pour l’occasion) en ayant auparavant côtoyé la Vénus Génitrix et la Vénus d’Arles. Consacré aux dieux et héros de la mythologie grecque, ce vaste espace présente les répliques romaines des chefs-d’œuvre disparus de la sculpture grecque classique, avec une mise en exergue des sculpteurs Praxitèle (vers 390-335 av. J.-C.) et Lysippe (vers 390-305 av. J.-C.). Les statues sont installées selon un jeu habile, dévoilant les dos autant que les profils, dans un dialogue qui crée des correspondances différentes au fur et à mesure que l’on avance. « Le principe était de mettre les statues au centre de l’espace pour qu’on puisse les voir de tous les côtés. Cela permet aux visiteurs, même s’il y a du monde, de pouvoir les apprécier », précise Jean-Luc Martinez. Les marbres des murs ont fait l’objet de soins intensifs, tandis que les repeints des années 1930 ont été supprimés pour retrouver l’esprit du lieu tel qu’il fut imaginé par les architectes Percier et Fontaine il y a deux siècles. Le parcours joue les prolongations avec la salle des Caryatides, mais il ne sera complet qu’en 2012 avec la réouverture des salles de la Grèce préclassique. En attendant, il est déjà possible de se familiariser avec un art grec dépoussiéré et débarrassé de son image trop élitiste.

Antiquités grecques, étrusques et romaines

Musée du Louvre, aile Sully, rez-de-chaussée, 75001 Paris, www.louvre.fr, tlj sauf mardi, 9h-18h, les mercredi et vendredi 9h-22h. À lire : Jean-Luc Martinez, La Grèce et le Louvre, coéd. Louvre et Somogy, Paris, 192 p., 20 euros, ISBN 978-2-7572-0388-0

Antiquités grecques

- Conservateur : Jean-Luc Martinez, conservateur en chef du patrimoine, directeur du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines au Louvre

- Maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre : direction Architecture, muséographie et technique du Musée du Louvre

- Coût des travaux : 1,9 million d’euros

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°329 du 9 juillet 2010, avec le titre suivant : Beauté grecque

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque