Ventes publiques

Vente à 421 millions de dollars pour Christie's dans un format inédit

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 13 juillet 2020 - 397 mots

NEW YORK / ÉTATS-UNIS

Une vente organisée simultanément vendredi sur trois continents différents par Christie's a atteint 421 millions de dollars, signe de la bonne tenue du marché de l'art malgré la pandémie.

Brice Marden, Complements, 2004-2007, huile sur toile en deux parties, 182 x 121 cm chaque partie. © Christie's Images Limited 2020
Brice Marden, Complements, 2004-2007, huile sur toile en deux parties, 182 x 121 cm chaque partie.
© Christie's Images Limited 2020

Contrainte par le coronavirus à repousser ses grandes ventes de printemps, point d'orgue traditionnel du marché de l'art au premier semestre, la maison d'enchère avait choisi de les remplacer par un événement sur une journée, dans un format inédit.

L'événement, baptisé « ONE », a démarré par la vente d'une série d'œuvres sous la direction d'une commissaire-priseure à Hong Kong, avant qu'une autre ne prenne le relais à Paris, suivie par Londres puis New York.

A Hong Kong, Paris et Londres, quelques collectionneurs avaient été conviés à assister en personne à la vente, tandis que le volet new-yorkais s'est déroulé à huis clos dans le respect des règles sanitaires en vigueur dans la plus grande ville des Etats-Unis.

Les spectateurs pouvaient enchérir à toutes les étapes de la vente, même s'ils ne se trouvaient pas dans la même salle que le commissaire-priseur en train d'officier.

Dans les quatre villes, des spécialistes de Christie's recevaient aussi des offres par téléphone, et il était également possible d'enchérir en ligne.

Au total, Christie's a vendu vendredi en un peu plus de quatre heures pour 421 millions de dollars d'œuvres d'art, frais et commissions compris, lors d'une vente suivie par plus de 20 000 personnes sur les différentes plateformes du groupe.

Aucun tableau n'a franchi le seuil des 50 millions de dollars mais la demande a été soutenue et 94 % des œuvres proposées ont trouvé preneur, une proportion élevée même en temps ordinaire.

Plusieurs records ont été battus, notamment pour le peintre abstrait américain Brice Marden, toujours en vie, dont le Complements a été acquis pour 30,9 millions de dollars.

Autre record pour l'Américain Wayne Thiebaud, qui fêtera ses 100 ans en novembre et dont le Four Pinball Machines s'est vendu pour 19,1 millions de dollars.

Le prix le plus élevé a été atteint pour une œuvre tardive du peintre américain Roy Lichtenstein, Nude with Joyous Painting, avec 46,2 millions de dollars.

« C'était un nouveau format, et ça a marché », a commenté Alex Rotter, président du département d'art contemporain de Christie's, après la vente. « Cela montre que le marché est prêt pour de nouveaux formats de ventes et de nouvelles manières de collectionner l'art. »

Vue de la vente One à Paris. © Christie's Images Limited 2020
Vue de la vente One chez Christie's Paris.
© Christie's Images Limited 2020

Cet article a été publié par l'AFP le 10 juillet 2020.

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque