Vendredi 15 novembre 2019

Ventes publiques

Un dessin de Rubens vendu 8,2 millions de dollars lors d'une enchère controversée

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 31 janvier 2019 - 425 mots

NEW YORK / ETATS-UNIS

Un dessin du maître flamand Rubens a été vendu mercredi 8,2 millions de dollars à New York lors d'enchères controversées, certains estimant que la famille royale, propriétaire de l'œuvre, aurait dû la proposer à des musées néerlandais.

Rubens étude Sotheby's
Sir Peter Paul Rubens, détail de l'Etude nue d'un jeune homme avec les bras levés, 49 x 31 cm, collection de la princesse Cristina, estimée entre 2,5 et 3,5 millions de dollars, vendue 8 202 000 de dollars (frais inclus)
© Sotheby's

Cette étude d'une taille exceptionnelle (49 cm sur 31), représentant un jeune homme aux bras levés et destinée à préparer le tryptique L'Erection de la croix (autour de 1610), avait été acquise en 1838 par le prince Guillaume d'Orange, le futur roi des Pays-Bas Guillaume II.

Rubens étude Sotheby's entier
Sir Peter Paul Rubens, Etude nue d'un jeune homme avec les bras levés, 49 x 31 cm, collection de la princesse Cristina, estimée entre 2,5 et 3,5 millions de dollars, vendue 8 202 000 de dollars (frais inclus)
© Sotheby's

A la différence de la plupart des monarchies, il existe aux Pays-Bas une séparation entre le patrimoine national et celui des souverains du pays, issus de la dynastie Orange-Nassau. La fortune royale était estimée, en 2011, à 220 millions de dollars par le magazine Forbes. Ces dernières semaines, l'annonce de la mise en vente aux enchères de plusieurs œuvres d'art de la collection de la maison royale avait suscité des critiques de la part des musées néerlandais. Ils estiment que la princesse Cristina, qui possédait le dessin de Rubens vendu mercredi, aurait d'abord dû leur proposer de l'acheter avant de le vendre aux enchères à l'étranger. Il s'agit d'un devoir moral selon les musées, qui estiment que le dessin de Rubens fait partie du patrimoine culturel néerlandais.

Des députés du parti social-libéral D66, membre du gouvernement de coalition, avaient également émis des réserves, avant que la ministre de la Culture, issue de cette même formation politique, ne coupe court au débat, affirmant que la décision de la vente d'une œuvre appartenait à son propriétaire. Le Premier ministre Mark Rutte avait également estimé qu'il s'agissait d'une "question privée". "Il y a une distinction importante à faire dans la mesure où le dessin appartient à une collection privée et à un particulier", a expliqué à l'AFP Greg Rubenstein, responsable des dessins de Maîtres anciens chez Sotheby's, qui a organisé la vente. "Le propriétaire peut en faire ce qu'il souhaite, y compris la vendre".

Mercredi, après quelques minutes fiévreuses marquées par un duel entre un acheteur dans la salle et un autre au téléphone, le dessin est parti pour 7 millions de dollars, soit un total de 8,2 millions avec les frais et commissions. Bien au-delà de la fourchette d'estimation fournie par Sotheby's, entre 2,5 et 3,5 millions de dollars. Le précédent record pour un dessin du maître néerlandais avait été établi lors d'une vente organisée à Londres par Christie's en 2014, avec 3,2 millions de livres (5,5 millions de dollars) pour Samson & Delila.

Cet article a été publié par l'AFP le 30 janvier 2019.

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque