Mardi 29 septembre 2020

Droit

Syrie: Washington restreint les importations d'objets archéologiques pillés

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 18 août 2016 - 304 mots

WASHINGTON (ETATS-UNIS) [17.08.16] - Les Etats-Unis ont annoncé mercredi qu'ils limitaient les importations d'objets du patrimoine historique, culturel et archéologique de la Syrie afin de lutter contre le pillage et la contrebande internationale dans ce pays en guerre.

"Ces restrictions d'importations visent à réduire la tentation de piller et à mieux protéger le patrimoine culturel de la Syrie", a fait valoir le département d'Etat en annonçant, avec les ministères des Douanes, du Trésor et de la Sécurité intérieure, l'entrée en vigueur de mesures de contrôle d'entrée aux Etats-Unis d'oeuvres d'art venues de Syrie.

Washington espère ainsi "lutter contre les terroristes et organisations criminelles qui profitent de la vente de ces objets anciens". Les nouvelles règles d'importations s'appliquent à "tous les biens culturels venus illégalement de Syrie à compter du 15 mars 2011 (date du début du conflit, Ndlr), comme des objets en pierre, métal, céramique, argile, faïence; en bois, verre, ivoire, os et coquillage; en plâtre, stuc; du textile, des parchemins, des papiers, du cuir, des peintures, dessins, mosaïques et écrits", a détaillé la diplomatie américaine dans un communiqué.

Depuis sa montée en puissance en 2014, le groupe Etat islamique (EI) a ravagé plusieurs sites mésopotamiens en Irak (Hatra, Nimroud) et en Syrie, dont certains inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco.

En Syrie, plus de 900 monuments ou sites archéologiques ont été touchés, abîmés ou détruits par le régime, les rebelles et les jihadistes selon l'Association pour la protection de l'archéologie syrienne. L'EI s'en est pris à la cité antique de Palmyre, pulvérisant ses deux plus beaux temples. Il a également détruit et pillé sur les sites de Mari, Doura Europos, Apamée et autres.

D'après les Antiquités syriennes, de nombreux vestiges, notamment du riche site assyrien de Tell Ajaja vandalisé par l'EI, ont fait l'objet de contrebande à travers la Turquie voisine vers l'Europe.

Légende photo

Site mésopotamien à Hatra en Iraq- © Photo Staff Sgt. JoAnn Makinano - 2015 - Photo sous Licence Domaine public CC0 1.0

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque