Dimanche 25 février 2018

Questions à... Jean-Marcel Camard, spécialiste en Art nouveau et Art déco, Paris

L'ŒIL

Le 19 novembre 2009

Pourquoi voit-on si peu de mobilier Art nouveau sur le marché ?
À la fin des années 1960 et au début des années 1970, l’Art nouveau était très en vogue auprès d’amateurs européens, initiateurs de ce marché. Ce goût s’est ensuite développé aux États-Unis, jusqu’au milieu des années 1980, alors soutenu par les gens du show-biz et de la jet-set. Puis l’Art déco a pris le dessus. L’Art nouveau s’est resserré autour d’un petit nombre de collectionneurs passionnés. Les prix du mobilier Art nouveau n’étant plus ce qu’ils étaient, les propriétaires préfèrent garder leurs meubles plutôt que de les vendre à une moindre valeur.

Et le marché japonais ?
Les Japonais se sont mis à adorer l’Art nouveau dans les années 1980, essentiellement la verrerie signée Gallé, Lalique et Daum. Hormis les petites vitrines mettant en valeur la verrerie, ils se sont peu intéressés aux meubles Art nouveau, les habitations japonaises étant trop exiguës. Depuis l’écroulement du marché nippon au début des années 1990, le marché de la verrerie Art nouveau tourne au ralenti.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°619 du 1 décembre 2009, avec le titre suivant : Questions à... Jean-Marcel Camard, spécialiste en Art nouveau et Art déco, Paris

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque