Mardi 18 décembre 2018

Entretien

Max Hetzler, « Reprendre la parole »

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 16 septembre 2009 - 715 mots

Pourquoi avez-vous choisi, cette année, de renouer avec la foire Art Forum à Berlin ?
J’avais participé dès l’origine à Art Forum, puis j’ai décidé d’arrêter, car ce n’était plus porteur pour les artistes en milieu de carrière.

Mes « jeunes » créateurs inconnus étaient devenus plus établis au fil du temps et ne collaient plus à l’esprit du salon. Par le passé, Art Forum ne savait pas trop non plus quelle direction emprunter, quel profil adopter. Il pensait jouer en première division et concurrencer les autres salons. Il a fait venir White Cube, Larry Gagosian ou Marian Goodman. Tous ont participé une fois sans jamais revenir. J’ai décidé d’y retourner cette année pour soutenir le marché berlinois.

Le marché berlinois a-t-il particulièrement besoin d’être soutenu en ce moment ?
Nous dépendons toujours des collectionneurs qui viennent visiter Berlin. Nous ne pouvons pas vivre sur les seules possibilités de la ville. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin d’une foire forte. Il faut renforcer et concentrer le marché. Aussi, avec les autres galeries berlinoises, nous avons décidé que l’événement ABC (Art Berlin Contemporary) devait avoir lieu au même moment qu’Art Forum. Un vrai partenariat a été mis en place avec la nouvelle direction de la foire et ABC hébergera la soirée de vernissage d’Art Forum. Nous avons enfin invité des galeries internationales à ABC.

Mais la qualité des galeries berlinoises n’est-elle pas une force d’attraction suffisante, un peu comme à New York où les galeries de Chelsea n’ont pas vraiment besoin de l’Armory Show ?
Berlin attire, comme nous le montre le Gallery Weekend printanier que nous avons mis en place depuis cinq ans. Mais il faut garder cet attrait car l’intérêt des gens peut très facilement basculer vers d’autres villes ou pays. On doit constamment veiller à maintenir notre niveau. Pour que les collectionneurs continuent à venir à Berlin, il faut un événement. Or, une foire attire beaucoup l’attention.

N’est-il pas difficile, pour une galerie, de tenir dans une capitale « pauvre » comme Berlin ?
Aucune galerie au monde ne peut se baser que sur le vivier local, hormis à New York, Londres et Paris. Le marché de l’art en Allemagne ne s’est jamais circonscrit à une seule ville. L’avantage de Berlin repose sur son côté bon marché, où l’on peut faire des expositions dans de grands espaces, où les artistes et leurs galeries peuvent avoir une vie confortable. Le plus frustrant est de ne pas pouvoir se reposer sur les institutions locales. Il est presque impossible de vendre à un musée. Les musées allemands reposent trop sur des dons et ont l’impression que l’art contemporain relève de l’initiative privée. Les collectionneurs privés allemands sont devenus les véritables forces publiques, ce qui ne me semble pas être une bonne chose.

Berlin ne compte-t-il pas beaucoup trop de galeries ?
Il y a beaucoup trop de galeries partout dans le monde, à Berlin comme ailleurs. D’un côté, c’est positif, car cela exprime un besoin. Mais la crise économique sera difficile pour toutes les galeries. D’ici un an, on saura lesquelles survivront ou disparaîtront. Toutes les enseignes devront faire un effort car rien n’est acquis. La crise n’a d’ailleurs pas surgi du jour au lendemain. Les galeries berlinoises n’avaient pas lancé le Gallery Weekend par hasard. Nous avions constaté que l’attention était canalisée sur les foires qui dictaient les orientations de l’art contemporain. Une mission que les galeries ne peuvent pas laisser aux salons. Elles doivent reprendre la parole.

Comment définiriez-vous la crise actuelle ?
C’est un long processus. Certains vivent encore sur l’idée du bon vieux temps. La crise n’est pas que financière, elle est aussi intellectuelle. Les artistes et leurs marchands ont été éblouis par des carrières accélérées. Au lieu de regarder la qualité et les intentions profondes d’un travail, les galeries n’ont pensé qu’à deux choses : à qui vais-je vendre et à quel prix ? Il faudra changer d’optique. La crise ne se résume pas à l’apparition ou à la disparition de galeries. Une nouvelle génération de créateurs va aussi surgir. On parle encore des mêmes artistes, des mêmes galeries, des mêmes musées. Mais beaucoup d’artistes ayant eu une belle carrière ces cinq dernières années ne l’auront pas dans les cinq ans à venir. Avec l’apparition de nouveaux créateurs, une nouvelle époque va commencer.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°309 du 18 septembre 2009, avec le titre suivant : Max Hetzler, « Reprendre la parole »

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque