Dimanche 8 décembre 2019

Art impressionniste et moderne

L’art ou la Bourse ?

Les tableaux présentés à Londres vont tenter de faire oublier la morosité du climat financier

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 29 janvier 2008 - 648 mots

Quel effet la crise financi%26egrave;re qui secoue les diff%26eacute;rentes places boursi%26egrave;res mondiales aura-t-elle sur l%26rsquo;%26eacute;tat d%26rsquo;esprit des collectionneurs ? Les ventes de prestige de Londres d%26rsquo;art impressionniste et moderne feront office de test. %26laquo; Lorsqu%26rsquo;il y a une perte de confiance, les collectionneurs cherchent %26agrave; acheter des %26oelig;uvres de qualit%26eacute; %26agrave; des prix raisonnables tandis que les vendeurs veulent %26ecirc;tre rassur%26eacute;s par des prix soutenus.

Alexej von JawlenskyShokko (1910)© Sotheby’s

LONDRES - Le succès dépend donc de ce qui est proposé sur le marché », avance Thomas Seydoux, directeur du département des tableaux impressionnistes et modernes de Christie’s France. Il se souvient qu’après le 11 Septembre 2001, « la collection René Gaffé avait bien fonctionné ». Cet ensemble majeur d’art moderne avait totalisé plus de 73 millions de dollars (près de 50 millions d’euros) le 6 novembre 2001, quasi le double des estimations. Parce que les estimations sont très raisonnables, que les œuvres proposées sont au goût du jour et que le fruit de sa vente est destiné à une fondation philanthropique, la collection Maurice et Vivienne Wohl d’artistes nabis, fauves et expressionnistes, présentée par Christie’s le 4 février et estimée 12 millions de livres (16 millions d’euros), devrait faire mouche. De cet ensemble, notons deux toiles de Kees van Dongen, Anita aux fleurs (1905), figurant une danseuse parisienne dans une palette fauve, et L’Ouled Naïl (1910), illustrant une danseuse algérienne, estimées respectivement 1,2 et 2 millions de livres (1,6 et 2,7 million(s) d’euros). Deux portraits de 1911 par Alexej von Jawlensky, Hélène et Jeune fille au nœud rouge, sont estimés autour de 2 millions de livres chacun (2,7 millions d’euros). Parallèlement à la collection Wohl, Christie’s présentera un bel ensemble de huit œuvres sur papier d’Egon Schiele sur une estimation globale de 7,6 millions de livres (10,2 millions d’euros) et Le Printemps (1965), une peinture poétique et iconique signée René Magritte, conservée depuis plus de 40 ans dans une même collection et estimée 2 millions de livres (2,7 millions d’euros). Pour d’autres lots aux estimations soutenues, tel Violon et journal (1917), tableau du cubisme synthétique par Juan Gris, estimé 3,5 millions de livres (4,7 millions d’euros), les pronostics sont plus réservés.
Chez Sotheby’s, on s’attend à « une saison moins euphorique que les années précédentes », indique Andrew Strauss. Le directeur du département d’art impressionniste et moderne de Sotheby’s France précise : « dans cette vente, moins de lots ont bénéficié d’une garantie de prix ». La maison de vente a néanmoins réuni quelques grosses pointures, à commencer par un Portrait de Dora Maar peint par Pablo Picasso en 1938, estimé 6,5 à 8,5 millions de livres (8,7 à 11,4 millions d’euros). Minotaure et Femme, petite huile sur toile de Picasso, est estimée autour d’1 million de livres (1,3 million d’euros). Ils proviennent tous deux de la collection Heinz Berggruen, le grand marchand allemand décédé l’an dernier. Un rare et enviable pedigree puisque le reste de la collection Berggruen a définitivement intégré le Musée national de Berlin. Sotheby’s offrira aussi La Route de la Ferme Saint-Siméon en hiver (1867), paysage enneigé de Claude Monet, estimé 3 millions de livres (4 millions d’euros) ; Poires et couteau (1877 – 1878) de Paul Cézanne, provenant de la collection Joan Whitney Payson, et Danseuse rajustant sa sandale, pastel d’Edgar Degas, estimés 2 millions de livres chacun (2,7 millions d’euros). Signalons encore un exceptionnel ensemble de tableaux expressionnistes allemands incluant Schokko (1910) d’Alexej von Jawlensky, estimé 6,5 à 8,5 millions de livres (8,7 à 11,4 millions d’euros) et Chevaux broutant III (1910), rare tableau de la célèbre série de Franz Marc, estimé 6 à 8 millions de livres (8 à 10,7 millions d’euros).

- ART SURRÉALISTE, IMPRESSIONNISTE ET MODERNE, ventes les 4 et 5 février à Londres, Christie’s, tél. 01 40 76 85 85, www.christies.com.
- ART IMPRESSIONNISTE ET MODERNE, ventes les 5 et 6 février à Londres, Sotheby’s, tél. 01 53 05 53 66, www.sothebys.com.

Christie’s ventes des 4 et 5 février à Londres
- Expert : Olivier Camu
- Estimation (vente du soir) : 79 à 112 millions de livres (105 à 150 millions d’euros)
- Nombre de lots (vente du soir) : 97 - Estimation (autres ventes) : 33 à 47 millions de livres (44 à 63 millions d’euros)
- Nombre de lots (autres ventes) : 404 Sotheby’s ventes des 5 et 6 février à Londres,
- Expert : Simon Shaw
- Estimation (vente du soir) : 81 à 113 millions de livres (108 à 151 millions d’euros)
- Nombre de lots (vente du soir) : 77
- Estimation (autres ventes) : 26 à 35 millions de livres (35 à 47 millions d’euros)
- Nombre de lots (autres ventes) : 392

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°274 du 1 février 2008, avec le titre suivant : L’art ou la Bourse ?

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque