Ventes publiques

L’art aborigène entre par la grande porte à New York

Par Jinane Dolbec · lejournaldesarts.fr

Le 19 décembre 2019 - 357 mots

NEW YORK / ÉTATS-UNIS

La première vacation de Sotheby’s dédiée à l’art autochtone australien a rapporté près de 2,8 millions de dollars. 

L'oeuvre Summer Celebration de Emely Lame Kngwarreye  © Sotheby’s
Détails de Summer Celebration de Emely Lame Kngwarreye, 121 x 302 cm
© Photo Sotheby’s

Le 13 décembre s’est tenue à New York la première vente aux enchères d’oeuvres d’art aborigène à avoir lieu dans une maison de ventes internationale, en dehors de l’Australie ou de l’Europe. Pour Tim Klingender, spécialiste de l’art australien chez Sotheby’s, il s’agit d’un « tournant pour l’art aborigène ».

La vente a dépassé de plus d’un million de dollars l’estimation d’origine de 1,7 million de dollars. Sur les 33 oeuvres mises aux enchères, 29 ont trouvé un acheteur.

L’art autochtone australien a toujours suscité de l’intérêt chez les acheteurs mais les ventes étaient jusqu’à présent réservées à des maisons spécialisées, généralement en Europe ou en Australie. Pour Tim Klingender, « présenter ces œuvres d’art extraordinaires dans les locaux de Sotheby’s à New York affirme la valeur de ces artistes sur le marché international »

L’oeuvre phare de la vente portait la signature de la peintre Emily Lame Kngwarreye, qui a vécu à Alhalkere, dans la communauté Utopia, à environ 250 km au nord de d’Alice Springs et est considérée comme l’une des artistes les plus célèbres de l’histoire de l’art australien aborigène contemporain. Estimée à 400 000 $, l’oeuvre en question, Summer Celebration (1991), a été vendue à près de 600 000 $.  D’autres oeuvres d’art ont aussi connu un franc succès, dont l’autoportrait de Gordon Bennett, également membre de la communauté Utopia, vendu à 437 000 $. 

La vacation de Sotheby’s coïncide avec une série d’expositions qui ont eu lieu récemment à travers les Etats-Unis. A l’automne, la collection Menil de Houston (Texas) avait présenté plus de 100 peintures d’artistes aborigènes des années 1950 dans le cadre de l’exposition « Mapa Wiya (Your Map’s Not Needed) : Australian Aboriginal Art from the Fondation Opale ». 

L’exposition la plus marquante est celle de la galerie Gagosian à New York, qui s’est tenue entre mai et juillet dernier. Issue de la collection de l’acteur hollywoodien Steve Martin, « Desert Painters of Australia » comprenait des œuvres de Kngwarreye ainsi que des peintures plus récentes d’artistes originaires des régions désertiques du centre et de l’ouest de l’Australie.
 

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque