Dimanche 17 novembre 2019

Services

L’Adjugé, nouvelle carte de Drouot pour redynamiser l’hôtel des ventes

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 29 avril 2015 - 506 mots

PARIS

PARIS [29.04.15] – L’hôtel des ventes est maintenant doté d’un restaurant, L’Adjugé, dont les horaires d’ouverture sont calés sur ceux de Drouot. Une initiative de plus afin de lutter contre son lent déclin.

Le restaurant L’Adjugé s’offre aux regards dès le hall, dans son écrin fait de verre, de laiton et de lapis-lazuli conçu par Erwann Boulloud. Le créateur a joué sur les matières et les effets de mat et de brillance pour ce bar-restaurant à l’allure à la fois contemporaine et précieuse. Le restaurant est mené par Amandine Chaignot, Chef de l’hôtel Rosewood à Londres, qui a élaboré une carte qui se veut en perpétuel renouvellement, à base de produits de saison et de qualité. Jérôme Moreau, chef sommelier de l’Hôtel Crillon, a la charge de la sélection des crus. Ce trio a été sélectionné par Drouot et son partenaire, le groupe Cremonini, qui développe notamment la marque Harry’s bar.

Ce projet de restaurant au cœur de l’hôtel des ventes parisien a été lancé il y a quatre ans, pour remplacer un établissement bancaire situé dans le hall. Il s’inscrit dans la lignée de divers travaux initiés depuis plusieurs années à Drouot pour dynamiser la maison de ventes qui traverse de nombreuses difficultés. L’instruction judiciaire de l’affaire des « cols rouges » qui avait secoué Drouot il y a quelques années est maintenant terminée et l’on attend les dates du jugement. En mars, le Conseil des Ventes Volontaires (CVV) a mis en évidence la baisse continue des ventes dans l’Hôtel Drouot qui ne détient plus que 35 % du marché total en 2014 contre 59 % en 2005.

Nouveau président du conseil de surveillance de Drouot, Alexandre Giquello doit assurer la mue de l’hôtel des ventes, et a déclaré vouloir insuffler de la vie dans une maison marquée par l’histoire. « L’image de Drouot est à optimiser », et cela passe selon lui par des expositions, des colloques, ainsi que par un restaurant. L’Adjugé a pour objectif de créer un véritable lieu de vie, d’échanges et de rencontres entre commissaires priseurs, collectionneurs et amateurs d’art en tout genre, qui manquait à l’hôtel des ventes.

L’Adjugé peut accueillir en moyenne 40 couverts pour le service du midi. Côté prix, les entrées varient entre 9 et 15 €, les plats entre 19 et 27 €, et les desserts entre 9 et 12 €. Cet espace est cependant contraint par les horaires d’ouverture de Drouot, du lundi au samedi de 10h à 18h, et s’inscrit dans un quartier où l’offre de restauration ne manque pas.

En parallèle de cet événement, l’exposition « Œuvres choisies », du 27 au 30 avril, offre un tour d'horizon des plus belles ventes proposées par les commissaires-priseurs de Drouot en mai et juin prochain. Clin d’œil à l’ouverture de L’Adjugé, les arts de la table sont particulièrement mis à l’honneur, avec notamment le carnet de recettes de l'Impératrice Eugénie, un surtout de table en argent massif, ainsi que deux services en porcelaine, l'un réalisé à Sèvres, l'autre provenant de la Compagnie des Indes.

Légende photo

Vue de l'intérieur de l'Adjugé © Marie-Pierre Moinet

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque