Foire

La très américaine foire de photographie de l’AIPAD

Par Kate Deimling (Correspondante à New York) · lejournaldesarts.fr

Le 15 avril 2014 - 533 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [15.04.14] - La foire annuelle de photographie a eu lieu du 10 au 13 avril à New York avec une centaine de galeries participantes. L’association compte surtout des galeries américaines dans ses rangs, mais une poignée de galeries internationales étaient aussi présentes.

Dans les allées étroites du Park Avenue Armory, des tirages d’époque côtoyaient des photographies artistiques et des photos historiques rivalisaient avec des images expérimentales. Presque toutes les galeries participant à la foire AIPAD se consacrent uniquement à la photographie, à deux exceptions près: les galeries new-yorkaises P.P.O.W. et David Zwirner. Il y avait une forte présence new-yorkaise (trente et une galeries), mais les participants venaient de partout aux Etats-Unis ainsi que d’Angleterre (cinq galeries), d’Allemagne (trois), du Japon (trois), de Chine (deux), d’Autriche (une), d’Italie (une), de Belgique (une) et d’Argentine (une).

Dans le stand bien garni de la Peter Fetterman Gallery de Santa Monica (Californie) on pouvait voir des photos de Steve McCurry, y compris son image célèbre de 1984 de la fille afghane aux yeux verts, ainsi qu’une photo d’Yves Saint Laurent que Marc Riboud a prise le jour où le couturier a lancé sa propre maison à l’âge de vingt-huit ans. Peter Fetterman a expliqué qu’il a trouvé cette photo inédite dans les archives personnelles du photographe, âgé maintenant de quatre-vingt-dix ans, et lui a demandé de faire cinq tirages.

La Edwynn Houk Gallery (New York et Zürich) se spécialise dans la photographie moderne de 1917 à 1939, mais elle représente aussi une dizaine de photographes vivants, y compris la Française Valérie Belin, dont on voyait une photo grand format d’une femme élégante avec des images de fleurs superposées.

La foire est ouverte à tous les membres d’AIPAD, et pour devenir membre, il faut être parrainé par cinq membres de l’association. Selon Roger Szmulewicz, directeur de la Fifty One Fine Art Gallery d’Anvers (Belgique), qui vient à la foire depuis trois ans, le fait d’être membre de l’AIPAD est un « quality label » qui donne confiance aux collectionneurs. Il encourage d’autres galeries de photographie européennes à devenir membres pour « faire le pont avec l’Europe », et, bien que plusieurs de ses clients américains viennent le voir à Paris Photo, il aime bien venir à New York parce que « la photographie aux Etats-Unis est très évoluée ». Dans son stand, quelques photos de coiffures nigériennes de J.D. Okhai Ojeikere ont trouvé preneur pour 6000 euros la pièce.

Quelques galeries américaines proposaient des photos vintage, souvent à fort intérêt historique, aux prix abordables, de 500 à 750 dollars (360 à 540 euros). On voyait souvent des points rouges indiquant que les œuvres en question avaient été vendues. Mais les autres galeries étaient souvent peu disposées à révéler leurs chiffres de ventes. Au début de la foire, Lauren Bate, la directrice de la Galería Vasari de Buenos Aires, a vendu deux photos de la photographe Grete Stern à des prix entre 12 000 et 22 000 dollars et la Peter Fetterman Gallery a affirmé avoir vendu 80% des œuvres du stand. Mais, malgré un bel accrochage d’œuvres grand format du photographe canadien Stan Douglas, la David Zwirner Gallery n’a pas voulu nous indiquer ses ventes.

Légende photo

Marc Riboud - Yves Saint Laurent - Courtesy Peter Fetterman Gallery

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque