Ventes publiques

Exclusif : le commissaire-priseur Claude Aguttes rachète la SVV Anaf

Par Armelle Malvoisin · lejournaldesarts.fr

Le 1 août 2008 - 340 mots

PARIS

PARIS [01.08.08] - Le commissaire-priseur neuilléen Claude Aguttes a racheté la société de ventes Anaf Arts Auction, l’une des plus grosses maisons de ventes aux enchères françaises en région. Le contrat de vente qui a été signé le 31 juillet, prendra effet début septembre.

Outre la reprise de l’activité de ventes aux enchères d’art, la transaction comprend le rachat de l’hôtel des ventes de Lyon Brotteaux, une ancienne gare du tout début du XXe siècle classée monument historique depuis 1983. « C’est la gare d’Orsay en plus petit et la plus belle salle de ventes qui puisse exister », lance Claude Aguttes.

Celui-ci, âgé de 60 ans, est amateur de beaux monuments, et possède à titre privé deux châteaux médiévaux auvergnats qu’il a fait restaurer ainsi qu’une maison d’architecte de la fin du XVIIIe, également située dans sa région d’origine et classée. Ambitieux mais ne pouvant plus se développer professionnellement à Paris, Aguttes a choisi de se redéployer à Lyon avec une partie de son équipe de 20 personnes. Il partagera désormais son temps de travail entre les sites de Neuilly, Drouot et la place lyonnaise.

Depuis la réforme du marché de l’art en 2000, le marché français des enchères se concentre progressivement autour de quelques gros opérateurs, à côté des multinationales Christie’s et Sotheby’s. Ainsi Artcurial, Piasa et Pierre Bergé et Associés sont le fruit de regroupements de professionnels sous la houlette d’investisseurs français, tandis que la maison Tajan est aux mains d’une femme d’affaires américano-roumaine. En quelques années, Claude Aguttes s’est hissé à la 5e place des maisons de ventes d’œuvres d’art en France, affichant un chiffre d’affaires de 50,1 millions d’euros en 2007 (contre 38,4 millions d’euros en 2006 et 19,7 millions d’euros en 2005). Il devrait poursuivre son ascension grâce à sa nouvelle position stratégique lyonnaise qui a permis à son confrère Jean-Claude Anaf de réaliser 11 millions d’euros de ventes d’art en 2007.

Ce dernier a choisi de se concentrer sur ses activités toutes aussi lucratives de ventes judiciaires et de ventes de véhicules d’occasion.

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque