Art moderne

Aguttes monte au créneau

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 15 décembre 2006

Face à la concurrence internationale, le commissaire-priseur de Neuilly joue la carte de l’art moderne. Sa vente du 20 décembre est estimée 12 millions d’euros.

PARIS - Drouot clôt l’année 2006 non seulement avec une saison exceptionnelle pour les arts premiers, mais aussi avec un beau palmarès pour l’art moderne. Claude Aguttes y a déjà adjugé un tableau de 1931 de Wassily Kandinsky pour près de 2 millions d’euros le 26 juin et une aquarelle de Paul Klee pour 1,2 million d’euros le 25 octobre. Le 20 décembre, le commissaire-priseur de Neuilly revient à l’hôtel des ventes parisien avec un important ensemble de tableaux modernes provenant d’Europe et des États-Unis. « Nos vendeurs ont opté chez nous pour un service sur mesure, avec des tableaux valant de 500 000 euros à 5 millions d’euros qui seraient noyés dans les grandes ventes américaines », explique l’expert Dan Coissard. Issue d’une collection européenne et estimée 4 à 5 millions d’euros, Homard et chat sur la plage, une huile sur toile de 1965 de Picasso, partage la vedette de la vacation avec un tableau d’Yves Tanguy de 1937 intitulé Ni rides ni vents, appartenant à un particulier américain et estimé 1 à 1,5 million d’euros. La vente comprend également une collection française de 14 tableaux impressionnistes et modernes parmi lesquels Chemin boisé, effet de neige peint vers 1869 par Monet, estimé 700 000 euros ; Saint-Mammes (1883) et Le coup de Vente, matin de mai (1890), deux œuvres d’Alfred Sisley attendues autour de 500 000 euros chacune. Notons une petite section russe avec notamment Les Grands Boulevards à Nice (1902), une huile sur toile impressionniste de Constantin Korovine estimée 500 000 euros, et Bain (vers 1914), une peinture futuriste de Jean Pougny estimée 400 000 euros. Pour la partie contemporaine, une sculpture de Robert Indiana, Art (red, blue), estimée 200 000 euros, fait écho au Love (red, blue), vendu 974 675 euros le 26 juin à Drouot par Claude Aguttes. Beaucoup moins chic que les salons du 8e arrondissement d’Artcurial, de Christie’s ou de Sotheby’s, l’hôtel Drouot n’a pas, aux yeux d’une clientèle étrangère, le standing suffisant pour mettre en valeur des œuvres prestigieuses. « Drouot est un outil formidable mais qu’il faut absolument revaloriser, souligne Claude Aguttes. Une seule journée d’exposition, c’est beaucoup trop court. » Aussi a-t-il loué le temps d’un long week-end d’exposition les somptueux espaces du club privé Le Travellers, « juste à côté d’Artcurial ». Avec un chiffre prévisionnel de 12 millions d’euros pour cette vente, il compte bien s’imposer cette année comme l’un des premiers opérateurs français indépendants, et devancer Piasa.

TABLEAUX XIXe, IMPRESSIONNISTES, MODERNES ET CONTEMPORAINS, vente le 20 décembre à Drouot, 9, rue Drouot, 75009 Paris, SVV Aguttes, tél. 01 47 45 55 55 ; expositions publiques : le 15 décembre 11h-18h, le 16 décembre 11h-20h et le 17 décembre 15h-18h au Travellers, 25, av. des Champs-Élysées, 75008 Paris, le 19 décembre 11h-18h et le 20 décembre 11h-12h à Drouot, www.aguttes.com

Aguttes

- Expert : Dan Coissard - Estimation : 12 millions d’euros - Nombre de lots : 240

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°249 du 15 décembre 2006, avec le titre suivant : Aguttes monte au créneau

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque