Ventes publiques

Des ventes publiques de dessins en demi-teinte

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 27 mars 2018 - 657 mots

PARIS

Malgré une hausse globale des ventes, plusieurs lots importants, dont un Degas et un Picasso sont restés invendus.

Édouard Vuillard (1868-1940), La balayeuse, 346 rue Saint-Honoré, 1895
Édouard Vuillard (1868-1940), La balayeuse, 346 rue Saint-Honoré, 1895, huile sur carton marouflé sur panneau parqueté, 33 x 50,8 cm Vente Christie's Paris du 23 mars 2018 - Estimation 1 / 1,5 M€ - Vendu 2 143 500 € (frais compris)
©Christie's Images Limited

Cette année encore les maisons de ventes parisiennes, Christie’s, Sotheby’s, Artcurial, Drouot, ont organisé plusieurs vacations spécialisées à l’occasion de la semaine du dessin. La séquence s’est montrée contrastée, marquée par quelques records mais aussi plusieurs déceptions. Le terme dessin est généralement utilisé pour les vacations de dessins anciens, alors que le dessin moderne est souvent rassemblé lors des ventes de la catégorie dite « œuvres sur papier ». 

Contrairement à Christie’s qui depuis 2013 organise ses vacations lors de la semaine du dessin, Sotheby’s ne participe que depuis l’an dernier aux festivités. La maison proposait quatre ventes (Œuvres sur papier, Art Impressionniste et Moderne, Collection Arthur Brandt, et Dessins de la Collection Isabelle et Christian Adrien) qui ont récolté 18,3 millions d'euros.

Sa rivale Christie’s organisait également quatre ventes (Dessins Anciens et du XIX siècle, Œuvres Modernes sur Papier, Hommage à la famille Hessel : Mécènes et modèles, et Art Impressionniste et Moderne) contre cinq en 2017, et a atteint un total combiné de 19,5 millions d’euros, avec notamment les 28 lots - tous vendus - de la collection Hessel. Tudor Davies, expert chez Christie’s explique au Journal des Arts  : « Le dessin a toujours été une des catégories du marché les plus actives à Paris. Depuis le début de nos ventes dédiées aux dessins modernes à Paris en 2013, nous avons vu une augmentation d’année en année des résultats, que cela soit pour des dessins des artistes Impressionnistes – tel le pastel de Caillebotte provenant de la collection d’Arnauld Doria, adjugé 427 500 € ou une feuille de Zao Wou Ki adjugée 229 500 €. » Trois œuvres ont été acquises par préemption : une sanguine de Claude Vignon et un dessin d’Honoré Daumier rejoindront ainsi la Bibliothèque Nation, et un dessin de Manet rejoindra les collections du Musée d’Orsay.

Parmi les meilleurs ventes de la semaine, après une bataille au téléphone, Le Bouquet aux amoureux dans la fenêtre de Marc Chagall a été adjugé 550 000 euros prix marteau, (estimée 400 000 - 600 000 €), La Carte postale (1930) de Fernand Léger a été vendue 1 400 000 prix marteau (estimée 1 000 000- 1 500 000 €) chez Sotheby’s et La balayeuse de Vuillard a été adjugée 1 860 000 euros prix marteau (estimée 1 000 000 – 1 500 000 €) chez Christie’s.

Surprise chez Sotheby’s, Album de voyage au Maroc d'Eugène Delacroix estimée 30 000-50, 000 euros était adjugé 8 fois son estimation basse, 240 000 euros hors frais. La série d’oeuvres d’Aloys Zötl, toujours chez Sotheby’s, issue du bestiaire de l’artiste qu’admirerait tant André Breton, était l’objet de convoitise. Estimée 40 000-60 000 euros, Pipa mâle et femelle a été adjugé après plusieurs enchères, à 110 000 euros au téléphone, soit presque le triple de son estimation basse. 

Mais pour les deux maisons de ventes, certains lots phares n’ont pas trouvé preneur comme Femme en peignoir rouge se coiffant d’Edgar Degas (estimée 400 000 - 600 000 €) qui faisait la couverture du catalogue ; Olga de Pablo Picasso (estimée 80 000-120 000 €), chez Sotheby’s ou L'étreinte de Pablo Picasso chez Christie's (estimée 1 500 000 - 2 500 000 €). 

Pour Artcurial l'édition 2018 est un succès. Comme l’année précédente la maison proposait une vente de Maîtres anciens et du XIXe siècle. Cette année il s’agit d’un record pour la maison qui affirme qu’il s’agit de la plus importante vente aux enchères dans la spécialité avec un total de 6 millions d’euros pour la vacation avec 67 % de lots vendus. La dispersion comprend trois records du monde pour des ventes aux enchères de dessins anciens. Portrait de chien assis de Simon Vouet a été adjugé, 337 000 euros frais compris tandis que La Crucifixion de Samuel Van Hoogstratien, élève de Rembrandt, a réalisé 319 000 euros frais compris.

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque