Foire

Bienvenue, une nouvelle foire « off » pendant la FIAC

Par Anne-Cécile Sanchez · lejournaldesarts.fr

Le 10 juillet 2018 - 343 mots

PARIS

Alors que la FIAC va présenter mercredi sa nouvelle édition, une nouvelle foire satellite est annoncée dans un format intimiste.

La Cité internationale des arts
La Cité internationale des arts, rue de l'Hôtel de Ville (Paris 4°)
Photo Diane Arques, 2015

Reste-t-il encore de la place pour une nouvelle foire off pendant la Fiac ? Entre le forfait des unes (Slick, Show Off ...) et les mues incertaines des autres (le YIA devient le Paris Contemporary Art Show), il semble que tous les rôles soient distribués, du tropisme asiatique (Asia Now) à l’art brut (Art Outsider). Art Élysées mise sur les valeurs sûres, Paris Internationale joue la carte générationnelle. Bienvenue, c’est son nom, la petite nouvelle lancée dans le quartier du Marais par le galeriste Olivier Robert, entend innover à sa façon. 

Partant du constat que les galeries dépensent trop d’argent pour participer aux grandes foires et que celles-ci tiennent à distance une partie du public intimidé par « l’économie des records », les organisateurs misent sur une échelle humaine. Bienvenue rassemblera sur les trois niveaux de la Cité Internationale des Arts une vingtaine d’enseignes, pour la plupart françaises, voire parisiennes. Son credo : privilégier la rencontre et les échanges entre professionnels et amateurs d’art, susciter le désir et le passage à l’acte … d’achat. 

Ces bonnes intentions, pas vraiment révolutionnaires, se traduiront par une scénographie déambulatoire de préférence à un alignement de stands et une durée d’exposition allongée à deux semaines (du 15 au 27 octobre). Des espaces de travail mutualisés seront mis à disposition des galeristes, qui payent entre 2 500 et 5 000 euros leur ticket d’entrée. 

La foire bénéficie du soutien de la société de gestion d’actifs Inocap, principal sponsor de l’opération. « Le fondateur d’Inocap, Olivier Bourdelas, est un collectionneur d’art », explique Olivier Robert. Le transporteur Egetra affrétera à titre gracieux les œuvres assurées par Axa, également partenaire. 

Aux enseignes choisies qui font le pari de participer à cette première édition - Cortex Athletico, Eva Meyer, Florence Loewy … -, l’organisateur promet des conditions de travail confortables. Et aux visiteurs qui en franchiront le seuil, une porte ouverte sur « une histoire en train de se faire »

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque