Samedi 16 février 2019

Foire

Artgenève, l’autre foire suisse

Par Alexia Lanta Maestrati · Le Journal des Arts

Le 31 janvier 2019 - 444 mots

GENEVE / SUISSE

Pour sa 8e édition, la foire d’art contemporain genevoise, désormais bien installée, ouvre ses portes du 31 janvier au 3 février. Elle consolide sa formule qui allie marchands et institutions.

La 8e édition d'Artgenève
La 8e édition d'Artgenève au Palexpo.
© Photo Alexia Lanta Maestrati pour Le Journal des Arts, le 30 janvier 2019

Genève. À trois heures de Paris en train, Genève est une destination pour le tourisme de luxe. Alors que les stations de ski avoisinantes constituent une des attractions principales de la cité helvétique francophone, rien ne la prédisposait cependant à accueillir une foire d’art contemporain. « Genève n’a jamais été un lieu de galeries, bien qu’il y ait quelques nouveaux venus comme la Pace, nous ne pouvons pas la comparer à Paris, Londres ou Zurich. D’ailleurs c’est une des raisons de son succès, souvent les salons se développent bien dans des villes dépourvues de galeries : comme Tefaf à Maastricht ou Art Basel à Bâle », explique son directeur Thomas Hug.

Également implantée à Monaco depuis 2016, Art Genève s’est installée dans le calendrier du marché de l’art tout en conservant sa dimension intimiste avec 90 galeries venues de dix-huit pays différents. La sélection est composée majoritairement de grands noms implantés en Europe comme Gagosian, Pace, qui ont des antennes à Genève, ou Tornabuoni Art, Richard Saltoun Gallery, Blain Southern, auxquelles s’ajoute l’arrivée de nouvelles galeries prestigieuses, à l’instar de Hauser & Wirth, Capitain Petzel, Raffaella Cortese ou encore ShanghART. Une vingtaine d’enseignes françaises telles que Nathalie Obadia, Kamel Mennour, Perrotin, Lelong ou encore Georges-Philippe et Nathalie Vallois ont fait le déplacement, et pour la seconde année d’affilée, le partenariat avec le PAD est renouvelé. « Les galeries viennent d’abord pour des raisons commerciales, la foire se positionne moins comme une vitrine comme le font d’autres événements », précise Thomas Hug.

Art Genève n’en est pas moins dotée d’une réelle ambition artistique comme en témoigne une de ses particularités : la présence d’une vingtaine d’institutions. Ce mélange séduit les galeries qui sont alors à même de « discuter et de rentrer en contact avec les institutions. Cela encourage également les collectionneurs à se positionner sur Art Genève », explique Antoine Laurent de la Galerie In Situ.

Une identité très suisse

Ainsi cette édition accueille majoritairement des institutions suisses comme le Mamco, Musée d’art moderne et contemporain de Genève, qui présente un espace vide qui se remplira au fil de la foire par les acquisitions réalisées sur place, ou le Centre de la photographie Genève, qui expose des photographies de la collection Pigozzi. S’ajoutent d’autres projets spécifiques : la section The Estate Show célèbre ses cinq ans avec une installation de Chris Burden culminant à douze mètres de hauteur et le parcours de sculptures quitte les abords du Lac Léman pour s’installer au cœur de la vieille ville.

Artgenève 2019

Du 31 janvier au 3 février 2019 au Palexpo - www.artgeneve.ch

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°516 du 1 février 2019, avec le titre suivant : Artgenève, l’autre foire suisse

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque