Samedi 24 février 2018

Galerie

Antiquaires, galeries

Antiquaires et galeristes parisiens font bande à part

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 10 mai 2017

Alors que la manifestation « 7 jours à Paris » avait fédéré l’an passé quatre associations d’antiquaires et de galeristes implantées dans différents quartiers de Paris, cette année chacun organise son événement de son côté. D’Days, le Carré Rive Gauche, la Nocturne Rive Droite et Art Saint-Germain-des-Prés organisent leurs traditionnelles festivités de mai en ordre dispersé.

PARIS - Chaque année au printemps, les principaux quartiers d’antiquaires et de galeristes ouvrent leurs portes pour quelques jours d’exposition. En 2016, un vent de rassemblement avait soufflé sur la capitale avec la mise sur pied de l’événement « 7 jours à Paris ». Malheureusement, l’initiative aura été de courte durée. D’Days, le Carré Rive Gauche, la Nocture Rive Droite et Art Saint-Germain-des-Prés n’ont pas renouvelé l’expérience. Le festival D’Days est programmé plus tôt, du 2 au 14 mai, tandis que les autres associations n’ont pas élaboré de communication commune. « Nous avons essayé de maintenir la synchronisation mais cela a été un peu compliqué cette année, du fait de l’élection présidentielle et des renouvellements de bureau – certaines associations ont été par là même un peu désorganisées », explique Guillaume Léage, président de la Nocturne Rive Droite. En effet, le Carré Rive Gauche et Art Saint-Germain-des-Prés ont tous deux élu un nouveau bureau ainsi qu’un nouveau président. « Nous espérons “resynchroniser” nos dates dès l’an prochain », indique Guillaume Léage. Pour autant, trois événements ont lieu la même semaine. La Nocturne Rive Droite (8e arrondissement) ouvre les festivités le mercredi 17 mai, sous le thème, imposé mais pas toujours respecté, du voyage. Une cinquantaine de galeries, dont plus de la moitié officient dans le domaine de l’art moderne et contemporain, y participent, à l’exemple d’Hopkins, Malingue, Applicat-Prazan ou Kamel Mennour. Le mobilier, les tableaux et les objets d’art ancien ne sont cependant pas en reste.

Le Carré fête ses 40 ans
Le lendemain, 18 mai, sera le jour du Carré Rive Gauche et d’Art Saint-Germain-des-Prés. Les deux entités organisent leur vernissage le même soir, sans concertation aucune. « Nous ne sommes pas parvenus à établir de relation avec Art Saint-Germain. On a senti une volonté de repli sur soi. Peut-être est-ce la crainte d’une éventuelle vampirisation du Carré, qui fête ses 40 ans avec nombre d’animations telles que différents parcours thématiques ? », se demande Jean-Louis Herlédan, le nouveau président du Carré Rive Gauche qui succède à Alexandre Piatti. « L’année prochaine, il serait judicieux, sous l’égide de la Ville de Paris, d’organiser une semaine consacrée aux arts. Nous nous adressons à un public international, ce serait tellement plus malin d’agir de concert », souligne-t-il. Aussi, pour sa 40e édition, plus longue qu’à l’accoutumée (17 jours contre 5 l’an passé), l’association a choisi un nouveau thème, « ExtraORdinaire », une manière de rebondir sur une thématique chère au Carré : l’objet extraordinaire.

En parallèle, un clin d’œil est fait à la couleur or, sorte de fil conducteur de l’opération. Chaque marchand a à cœur de présenter un ou plusieurs objets en or, une couleur naturellement présente dans chaque spécialité, depuis les bronzes dorés anciens jusqu’aux éléments de décoration contemporaine. En tout, 120 galeries participent à la fête contre 100 en 2016, grâce à l’adhésion de nouveaux participants comme la galerie Gilgamesh. Celle-ci expose pour l’occasion une collection exceptionnelle de 80 pièces égyptiennes acquises auprès de la femme d’un des anciens conservateurs du musée du Caire. Ces pièces, fragments de sarcophage, étoffes…, dont la plupart contiennent de l’or, n’ont jamais été montrées au public.

Du côté d’Art Saint-Germain-des-Prés, Jean-Pierre Arnoux, resté à la tête de l’association pendant une vingtaine d’années, a passé le flambeau à Bernard Dulon, marchand d’art africain. Ceci a quelque peu bouleversé le calendrier et, au final, Art Saint-Germain ne s’est rallié ni au Carré ni à la Nocturne, préférant privilégier un partenariat avec « Choices », qui se tient le week-end du 20 mai. « En tant que président, mes objectifs restent les mêmes que ceux de mon prédécesseur, c’est-à-dire redynamiser le quartier », a pourtant assuré le nouveau capitaine à la suite de sa nomination. Pour l’heure, une cinquantaine de galeries de divers horizons, de l’art moderne et contemporain à l’art tribal, en passant par l’archéologie, le design et les arts décoratifs, se donnent rendez-vous pour faire découvrir leurs plus belles trouvailles. Parmi les participants, plusieurs galeries entament leur retour à l’image d’Yves Gastou, de Christian Deydier, Claude Bernard ou encore Patrice Trigano.

Informations
D’Days, le festival du design à Paris, du 2 au 14 mai, dans 6 lieux
www.ddays.net

Carré Rive gauche, du 18 mai au 3 juin, Paris-6e et 7e
www.carrerivegauche.com

Noctune Rive droite, le 17 mai de 18 à 23 heures, Paris-8e, 50 galeries environ
www.art-rivedroite.com

Art Saint-Germain-des-Prés, du 18 mai au 3 juin
www.artsaintgermaindespres.com

Légende Photo
La galerie Dulon, lors d'une soirée de vernissage, pour Art Saint Germain. © Art Saint Germain.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°479 du 12 mai 2017, avec le titre suivant : Antiquaires et galeristes parisiens font bande à part

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque