Vendredi 25 septembre 2020

Rendez-vous

Les belles adresses des galeries parisiennes

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 20 mai 2015 - 764 mots

Espérant faire revenir les clients, les galeries et antiquaires de la rive droite et de la rive gauche de Paris organisent leurs traditionnelles journées. Pour l’occasion, beaucoup ont réservé des pièces inédites.

PARIS - Les collectionneurs et amateurs d’art parisiens ont intérêt à être en forme car la dernière semaine de mai et la première semaine de juin sont riches en événements. Était-ce une volonté des organisateurs ? Ils assurent que non. « Nous n’avions pas tellement le choix au niveau des dates car le mois de mai cette année est sinistré [ndlr, par le nombre de jours fériés et les ponts], alors nous avons reculé notre événement », explique Alexandre Piatti, le nouveau président du Carré Rive Gauche, qui a pris ses fonctions le 1er janvier dernier. « Il y a même des années où nous faisons notre vernissage le même soir. Ce peut être gênant, mais apporter aussi une synergie », ajoute Jean-Pierre Arnoux, président d’Art Saint-Germain-des-Prés depuis bientôt vingt ans.

Plus ou moins dynamiques, ces manifestation se déroulent dans des quartiers différents, même s’ils sont très proches dans le cas du Carré Rive Gauche et d’Art Saint-Germain-des-Prés. Cependant, pour Guillaume Léage, président de la Nocture Rive Droite, « il ne s’agit pas de comparer ; chacun des événements proposés a de l’importance pour le marchand et ses clients ». Et puis, nul ne doute qu’entre la Rive Droite et la Rive Gauche, le rythme de fonctionnement est différent, tout comme le profil des collectionneurs. Il n’empêche que chaque quartier essaie de se démarquer, par les spécialités représentées, les éléments qui les composent, un thème ou de micro-événements.

Art Saint-Germain
Art Saint-Germain-des-Prés (28 au 31 mai), continue de mettre en avant ses trois spécialités phare : l’art moderne et contemporain, la spécialité historique du quartier – très majoritaire – le design et les arts décoratifs du XXe et enfin, l’art tribal. Très proche en termes de distance du Carré Rive Gauche, la manifestation germanopratine s’en distingue par sa composition : « les marchands d’art qui y participent sont essentiellement des galeristes, tandis que le Carré regroupe des antiquaires. Nous défendons et soutenons un créateur, alors que les antiquaires représentent le second marché », souligne Jean-Pierre Arnoux. Pour 2015, la manifestation est plus étoffée, rassemblant 60 marchands contre 52 l’an dernier, avec 20 nouveaux adhérents comme Bernard Dulon, Jousse Entreprise, Pascal Cuisinier, Jeanne Bucher qui fête ses 90 ans de création ou bien encore Marie-Hélène de la Forest Divonne, qui vient de délaisser le Marais. Petite nouveauté, « Un Dimanche de Dédicace » permet aux galeries qui le souhaitent de convier un auteur, « une façon de rejoindre l’ADN de notre quartier, l’édition », explique Jean-Pierre Arnoux.

Nocturne Rive Droite
Ceci n’est pourtant pas une idée nouvelle puisque la Nocturne Rive Droite, qui se déroule par tradition le premier mercredi du mois de juin – le 3 juin cette année –  l’a déjà expérimentée l’an passé et la renouvelle pour cette session. Ainsi, les 55 participants qui quadrillent le périmètre Saint-Honoré/Matignon, peuvent inviter un historien d’art, un auteur ou un critique d’art à dédicacer son livre. Par exemple, la galerie Guillaume, invite Jean-Paul Lagier, auteur de Les Peintres et le vitrail. Concentrée sur une soirée, la visite se fait énergique, oscillant entre tableaux, mobiliers et objets d’art anciens, mieux représentés que pour Art Saint-Germain-des-Prés – environ un quart des marchands – tandis que l’art moderne et l’art contemporain se taillent la part du lion. Comme un pont entre deux rives, la galerie AAA Reinold fait le lien entre ces deux segments du marché. Anciennement antiquaires, André, Amélie et Arthur Sloth montrent des meubles et objets du XXe siècle, notamment de designers scandinaves et de l’art moderne et contemporain, agrémentés des plus belles pièces anciennes qu’ils ont toutefois conservées. Plusieurs expositions jalonnent le parcours, comme celle de la galerie Malingue, avenue Matignon, qui présente « Maurice Denis au temps des Nabis ».

Carré Rive Gauche
Pour se distinguer de cette offre pléthorique, la 38e édition du Carré Rive Gauche (3 au 7 juin), joue la carte de l’éclectisme, même si l’art ancien sous toutes ses formes reste prédominant, et met en exergue son thème : « Métamorphoses ». Métamorphoses techniques, de la sève du Rhus Verniciflua au paravent en laque, Chine, XVIIIe (galerie Tiago) ou de la laine et du coton au tissage (galerie Chevalier) ; métamorphose astucieuse, comme celle de ce bar formant un écritoire, de Jean Pascaud, vers 1930 (galerie Lefebvre) ou encore en hommage à Ovide avec Les deux cornes d’abondance, de Nicolas Bertin, vers 1710 (galerie F. Baulme Fine Arts).

Art Saint-Germain-des-Prés
Du 28 au 30 mai, www.artsaintgermaindespres.com

Nocturne rive droite
3 juin, de 17h à 23h, www.art-rivedroite.com

Carré rive gauche
Du 3 au 7 juin, www.art-rivedroite.com

Légendes photos
Rasmus Fenhann, Hikari Tria, 2015. Courtesy Galerie Maria Wettergren, Paris.
Antoine Schneck, Baro Tula, Berlana, Ethiopie, 2015. Courtesy Galerie Berthet-Aittouares, Paris.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°436 du 22 mai 2015, avec le titre suivant : Les belles adresses des galeries parisiennes

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque