La vente d’art moderne de Christie’s déçoit

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 5 novembre 2009

NEW YORK (ETATS-UNIS) [05.11.09] – Christie’s organisait la première de ses ventes de novembre d’art moderne et impressionniste à New York le 3 novembre. Les résultats de cette soirée-test sont décevants, avec un résultat total en dessous des estimations basses et le lot phare, un portrait de Dora Maar par Picasso resté invendu.

Christie’s inaugurait le 3 novembre ses ventes d’art impressionniste et moderne, mais le résultat final de la vente, 65.6 millions de dollars (44,2 millions d’euros), est en deçà des estimations : entre 68,6 et 97,1 millions de dollars (entre 46,2 et 65,4 millions d’euros).
The Wall Street Journal rapporte que 28 lots sur 41 ont été adjugés, soit 71 % de la vente, ce qui reste modeste au regard du potentiel du catalogue.

« Tête de femme », un portrait de Dora Maar par Picasso, n’a pas trouvé acquéreur. Estimé entre 7 et 10 millions de dollars (4,7 et 6,7 millions d’euros), le prix de réserve du tableau n’a pas été atteint, alors qu’il avait été largement médiatisé et figurait sur la couverture du catalogue.
La plus grosse enchère a été pour un pastel de Degas, « Danseuses » (1896), vendu à un collectionneur asiatique pour 10,7 millions de dollars (7,2 millions d’euros).

« Le Baiser » de Rodin, un bronze de taille moyenne, a fait l’objet d’une petite bataille, finalement remportée par le marchand new-yorkais Christopher Eykyn qui a déboursé 6,4 millions de dollars (4,3 millions d’euros) pour le compte d’un client anonyme.

Les acheteurs européens ont eu l’avantage d’un dollar faible, emportant 42 % des lots, contre 29 % pour les Américains, selon Christie’s.

Pour expliquer ce résultat de vente en demi-teinte, les marchands mettent en évidence une faible qualité des œuvres présentées, les vendeurs espérant une amélioration du marché sous peu et refusant de proposer à la vente des œuvres plus importantes.

Certains experts relèvent également une demande hésitante des acheteurs pour l’art moderne : les œuvres impressionnistes ont suscité plus d’intérêt que des tableaux modernes de Modigliani, Ernst ou Mondrian restés invendus.

Un autre signe de cette demande hésitante pour l’art moderne est donné par Bloomberg : aucun des 24 tableaux présentés dans l’exposition spéciale de la FIAC, « The modern Project » n’a pour l’instant été formellement acheté. Leonore Malingue, à l’initiative du projet, a informé Bloomberg qu’aucune vente n’a pour le moment été confirmée, même si plusieurs œuvres ont été réservées.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque