Vendredi 22 février 2019

La vente d’art impressionniste et moderne de Sotheby’s rassure le marché

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 6 novembre 2009 - 280 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [06.11.09] – A l’inverse de celle de sa rivale Christie’s, la vente du soir d’art impressionniste moderne de Sotheby’s a remporté un bon succès compte tenu du contexte. Quelques records ont été établis, rassurant les acheteurs sur l’état du marché de l’art. La vente a rapporté 181 millions de dollars, au-dessus des estimations.

La vente du soir d’art moderne et impressionniste de Sotheby’s à New York le 4 novembre a réalisé un total de 181 millions de dollars (122 millions d’euros), au-dessus des 163 millions estimés, à la grande satisfaction évidemment des responsables de la maison de ventes. 85 % des lots ont été vendus, soit 56 lots sur 66 et cinq lots ont été adjugés à plus de 10 millions de dollars. Sotheby’s triple le résultat que Christie’s a obtenu de sa vente le 3 novembre.

Pour autant, le produit de la vente est en baisse de 19 % par rapport à celui de la vente du soir de 2008, alors en pleine tempête financière et de 33 % par rapport à 2007.

Le lot le plus important était « L’homme qui chavire », un bronze de Giacometti, adjugé à 19,3 millions de dollars (13 millions d’euros) alors que son estimation haute était de 12 millions de dollars.

Deux records ont été établis. « Barques au port de Collioure » (1905) d’André Derain a été vendu 14 millions de dollars (9,4 millions d’euros). Le précédent record pour Derain était de 6,1 millions de dollars. « Jeune Arabe » (1910) de Kees van Dongen, issu de la collection de Louis Reijtenbach, a rapporté 13,8 millions de dollars (9,2 millions d’euros), battant le record de 11 millions de dollars établi jusqu’alors pour l’artiste néerlandais.

L’art impressionniste n’a pas été en reste, avec la vente de peintures des héritiers du marchand Paul Durand-Ruel : des œuvres de Pissaro, Sisley et Renoir ont été vendues pour un total de 18.9 millions de dollars (12,7 millions d’euros).

Le mot « confiance » était sur toutes les lèvres. Bloomberg rapporte les propos enthousiastes des spectateurs de la vente : « La panique est finie. Le marché est de retour » pour Helly Nahmad, marchand d’art new-yorkais. Pour le commissaire de la vente, Tobias Meyer, les collectionneurs sont de retour « après un an d’abstinence » .

Légende Photo

Alberto Giacometti, L'Homme qui chavire, 1950-1951, bronze peint, H : 56,3 cm - &copy Sotheby's

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque