Vendredi 28 février 2020

Georges-Philippe Vallois reconduit à la présidence du Comité professionnel des galeries d’art

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 19 décembre 2014 - 664 mots

PARIS [19.12.14] – A l’issue de l’assemblée générale du Comité professionnel des galeries d’art (CPGA) qui s’est tenue lundi 15 décembre, les membres réunis ont réélu leur président Georges-Philippe Vallois et son nouveau Conseil de direction pour un mandat de trois ans. L’occasion de faire le bilan de la première mandature et de détailler les projets futurs du CPGA.

Elu président du Comité professionnel des galeries d’art (CPGA) en décembre 2011, Georges-Philippe Vallois (Galerie Nathalie et Georges-Philippe Vallois) a été reconduit dans ses fonctions pour un mandat de trois ans. Sa liste était la seule à être soumise aux suffrages, « malgré les multiples appels et au grand regret » de l’élu. De nouvelles galeries ont néanmoins été intégrées au conseil de direction afin que la liste soit « la plus représentative possible » du comité.

Un conseil qui se veut le miroir des tendances du marché
Marion Papillon (Galerie Claudine Papillon), qui représente également l’association « Galeries mode d’emploi », siègera à la vice-présidence aux côté de Bruno Delavallade (Galerie Praz-Delavallade). Elle remplace Kamel Mennour. Parmi les nouveaux conseillers, Georges-Philippe Vallois a souhaité la présence d’Alix Dionot-Morani (Galerie Crève Cœur) pour « mettre en avant l’activité et l’énergie des galeries installées dans le 20e arrondissement », de Bénédicte Burrus (Galerie Thaddaeus Ropac), « afin de représenter une galerie étrangère de dimension internationale ayant choisi de longue date de s’installer en France », Christian Berst (Galerie Christian Berst) « pour que l’art brut, tendance majeure de l’art contemporain enfin reconnue à son juste niveau, soit représenté ». Eleonore Malingue (Galerie Malingue) « une galerie majeure d’art moderne ».

Thomas Bernard (Galerie Cortex Athletico), Chantal Crousel (Galerie Chantal Crousel), Véronique Jaeger (Galerie Jeanne Bucher/Jaeger Bucher), David Fleiss (Galerie 1900-2000), Fabienne Leclerc (Galerie In Situ), Benoît Sapiro (Galerie Le Minotaure) et Philippe Valentin (Galerie Valentin) ont renouvelé leur engagement au sein du conseil tandis que Jean-Pierre Arnoux (Galerie Arnoux) conserve la trésorerie et que Delphine Fournier reste déléguée générale.

« Placer les galeries au centre de l’édifice »
Revenant sur le bilan de ces trois dernières années, le CPGA a rappelé sa mobilisation contre l’assujettissement des œuvres d’art à l’ISF, en 2012 et plus récemment, de même que pour la baisse de la TVA à l’importation à 5,5 %, que le comité a obtenu au terme d’une action de lobbying menée en commun avec les deux autres grands syndicats du marché de l’art (SYMEV et SNA) et enfin pour la baisse du taux de TVA des artistes à 5,5 %. Le CPGA s’est également attaché au soutien financier apporté aux galeries, en contribuant largement au FARGA (Fonds d’avances remboursables pour les galeries d’art) en créant un fonds d’avance remboursable pour la production d’une œuvre d’art avec le CNAP (Centre national des arts plastiques) et en réintroduisant, en partenariat avec le CNAP, l’aide aux foires que l’Institut français avait définitivement supprimée.

Georges-Philippe Vallois a réaffirmé sa volonté de sensibiliser les institutions publiques afin que les commandes publiques se fassent prioritairement auprès des galeries françaises, conformément à une circulaire ministérielle de 2006 signée par Renaud Donnedieu de Vabres et à une fiche pratique écrite sous l’autorité de Pierre Oudart.

Le président reconduit a également émis le souhait d’établir un modèle de contrat « proposé et non imposé » entre galeries et artistes « afin de rompre avec la tradition d’oralité », nous a confié Delphine Fournier. Un projet qui complètera les préconisations du code de déontologie, qui a été refondu et devrait être rendu public en janvier 2015. Parmi les chantiers prévus figurent également la reconnaissance de l’œuvre vidéo en tant qu’œuvre d’art aux yeux de l’administration des douanes, la révision des valeurs minimales nécessaires à l’obtention de certificats d’exportation « à l’aune du marché international actuel ». Les seuils actuels ont en effet été établis sur la base des chiffres du marché datant de 20 ans au niveau national et de 10 ans au niveau européen…

233 galeries d’art adhèrent à ce jour au Comité professionnel des galeries d’art.

Légende photo

Georges-Philippe Vallois (2010) © Photo Benoît Linero pour L'oeil

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque