Dimanche 19 septembre 2021

Bande dessinée - Ecole d'art

Wolinski retourne aux Beaux-Arts

41 dessins de Wolinski

Par Isabelle Manca-Kunert · L'ŒIL

Le 26 août 2021 - 402 mots

PARIS

Les Beaux-Arts de Paris reçoivent une importante donation de dessins de Georges Wolinski, ancien élève de la fameuse école.

Georges Wolinski, Allons enfants, 1965, plume et lavis d’encre de Chine, graphite, crayon noir, feutre noir. © Beaux-Arts de Paris
Georges Wolinski, Allons enfants, 1965, plume et lavis d’encre de Chine, graphite, crayon noir, feutre noir.
© Beaux-Arts de Paris
Étudiant

C’est un fait peu connu mais le dessinateur de presse Georges Wolinski s’est formé aux Beaux-Arts de Paris, dans la catégorie architecture. Ce solide enseignement académique lui permet de maîtriser de nombreuses techniques graphiques : lavis, feutre ou encore graphite. Lorsqu’il sort de l’école, son style est cependant très éloigné de l’esthétique épurée qui deviendra sa marque de fabrique. Ses premiers dessins grouillent ainsi de personnages et sont saturés de motifs et d’informations.

Donation

En souvenir de ses années de formation, et en hommage au dessinateur assassiné lors de l’attentat islamiste contre Charlie Hebdo, sa famille vient de faire une importante donation aux Beaux-Arts, constituée de quarante et une feuilles retraçant les étapes fondamentales de sa carrière. Ce don se dévoile dans une exposition au cœur de l’école dans le cabinet des dessins, une place qu’aurait appréciée l’artiste qui a patiemment œuvré à la reconnaissance institutionnelle du dessin de presse.

Reconnaissance

De son vivant, Georges Wolinski a en effet beaucoup fait pour la reconnaissance du dessin de presse et d’humour. Dans cet esprit, il avait ainsi notamment fait don de plusieurs milliers de feuilles à la Bibliothèque nationale de France et piloté un rapport sur la promotion et la conservation du dessin de presse qui dénonçait l’absence de valorisation de ce genre. Or, pour Wolinski, le dessin d’humour ainsi que la bande dessinée constituaient les véritables expressions artistiques contemporaines.

Contemporain

Bien qu’il ait côtoyé de nombreux artistes au cours de son cursus, le dessinateur avait en effet développé un mépris certain pour l’art de son temps. Laid, bavard, creux, etc., Wolinski a exprimé dans de nombreux dessins les sentiments que lui inspiraient les installations des plasticiens, mais aussi les dérives outrancières du marché de l’art. Parmi ses cibles de prédilection on retrouve Arman, Koons, Boltanski, mais aussi le collectionneur François Pinault.

Parcours

Artiste inimitable, au ton tantôt tendre, corrosif ou mélancolique, Wolinski a profondément bouleversé le genre du dessin de presse. En un demi-siècle, ce dessinateur incontournable a collaboré à une quarantaine de titres. Surtout connu pour ses dessins dans Hara-Kiri où il a commencé sa carrière, et pour son rôle de pilier de Charlie Hebdo, il a également régulièrement publié dans les pages de Paris Match, du JDD et du Nouvel Observateur, et a même travaillé dans la publicité et l’illustration.

Georges Wolinski, Je suis génial !, c. 2010. © Beaux-Arts de Paris
Georges Wolinski, Je suis génial !, c. 2010.
© Beaux-Arts de Paris
« Dessins de Georges Wolinski »,
Beaux-Arts de Paris, cabinet des dessins Jean Bonna, 14, rue Bonaparte, Paris-6e, beauxartsparis.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°746 du 1 septembre 2021, avec le titre suivant : 41 dessins de Wolinski

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque