Représentation

Sociologie de l’artiste

Le Musée de La Roche-sur-Yon explore les figures de l’artiste au XIXe siècle

Par Margot Boutges · Le Journal des Arts

Le 12 février 2013 - 695 mots

LA ROCHE-SUR-YON - Souffrant depuis 2003 d’une fermeture au public de ses espaces d’exposition permanente (lire l’encadré), le Musée de La Roche-sur-Yon (Vendée) mise sur ses expositions temporaires, et présente aujourd’hui « L’artiste en représentation, images des artistes dans l’art du XIXe siècle ».

Les commissaires Hélène Jagot, directrice de l’établissement, et Alain Bonnet, professeur à l’université de Grenoble, développent un propos sociologique ambitieux, axé sur la vision que le créateur porte sur sa propre condition au XIXe siècle, ceci dans un espace réduit à 250 mètres carrés. Trois ans de préparation leur ont permis de rassembler 123 œuvres (toiles, dessins, sculptures, médailles) venant, outre des collections du musée, d’une trentaine d’institutions, qui, à l’exception du Louvre et d’Orsay, ont prêté des œuvres majeures tout en étant peu connues.

S’inscrivant dans la continuité de l’exposition « Savoir-faire. La formation des artistes au XIXe siècle » organisée au musée en 2007-2008, la manifestation, qui fait la part belle à la peinture académique, débute son parcours avec la figure du créateur au milieu de ses pairs. Puis le propos se resserre sur l’artiste seul ou solitaire. D’une part à travers le regard de l’autre, ainsi cette image du jeune et ambitieux Ingres capturée par sa fiancée Julie Forestier ou celle d’un Ingres vieillissant et embourgeoisé peinte par Armand Cambon. Antoine Jean Gros faisant le grand saut dans un suicide le conduisant vers l’éternité est un émouvant hommage rendu au peintre par Jacques-Charles Bordier. Mais le créateur est aussi vu par lui-même. Ainsi les autoportraits de fin de vie signés Carpeaux succèdent aux portraits d’artistes en apothéose.
 
Les défunts ont toute leur place dans la troisième partie de l’exposition. Un Giotto y révèle son génie à son maître, Fra Angelico est touché par la grâce et Raphaël, inspiré par sa muse… Les maîtres de la peinture ancienne, que le XIXe siècle féru d’historiographie a abondamment représentés, sont autant de sources d’inspiration pour des artistes désireux de s’inscrire dans une lignée prestigieuse, entre autoglorification et introspection.

« L’artiste en représentation » trouve son équilibre entre œuvres et discours. Les œuvres servent habilement le propos tout en permettant la simple délectation. Et le catalogue pourrait bien devenir une référence dans la bibliographie consacrée à l’image des artistes.

Un musée en attente

Depuis 2003, les collections du Musée municipal de La Roche-sur-Yon ne sont plus accessibles au public. Ne possédant qu’un étroit escalier et aucune issue de secours, le musée a été déclaré inadapté aux normes de sécurité par les commissions de contrôle des établissements recevant du public. De nouveaux espaces ont été envisagés. En 2005, la municipalité vendéenne a lancé un grand projet de rénovation urbanistique et de revalorisation patrimoniale, comprenant un pôle culturel de 7 000 m2 réunissant les écoles d’art de la ville et le musée. Ce dernier a bénéficié pour l’occasion d’une inscription au plan musées en régions 2011-2013. Mais en 2011 la municipalité annonce à la direction régionale des Affaires culturelles Pays-de-la-Loire qu’elle retire le musée du pôle culturel qui ouvrira en 2014, pour le remplacer par une scène de musiques actuelles. Un choix que regrette Manon Six, conseillère musées de la Drac. « La Ville a loupé le coche », résume-t-elle, évoquant le plan musées en régions du ministère de la Culture, source de financement des travaux à hauteur de 5,7 millions d’euros.

En attendant, le musée, qui conserve environ 4 000 pièces archéologiques, picturales et photographiques, présente ses collections au rez-de-chaussée par le biais d’expositions temporaires. En contrepartie de la limitation de ses espaces, il bénéficie d’un budget annuel d’acquisition relativement confortable (80 000 euros, à 40 % abondés par le Fonds régional pour l’acquisition des musées). « C’est une échappatoire », confie Hélène Jagot, conservatrice du lieu, qui veut encore croire au projet de rénovation et d’expansion du musée établi par la Ville en 2010.

L’artiste en représentation. Images des artistes dans l’art du XIXe siècle

jusqu’au 6 avril, Musée municipal, rue Jean-Jaurès, 85000 La Roche-sur-Yon, tél. 02 51 47 48 35, tlj sauf dimanche et lundi 13h-18h. Catalogue, éd. Fage, 35 €.

L’artiste en représentation

Commissariat : Hélène Jagot, directrice du Musée de La-Roche-sur-Yon ; Alain Bonnet, professeur à l’université de Grenoble Nombre d’œuvres : 123

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°385 du 15 février 2013, avec le titre suivant : Sociologie de l’artiste

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque