Lundi 10 décembre 2018

Rodin la nuit

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 17 février 2017 - 162 mots

En 1908, Edward Steichen réalisait une campagne photographique du plâtre du Balzac de Rodin, alors sorti de l’atelier.

À la demande du sculpteur, le photographe – et ami – américain réalisait, à la chambre, des prises de vues nocturnes avec pour seule lumière celle renvoyée par la lune. Près d’un siècle plus tard, le photographe Patrick Hourcade a obtenu l’autorisation exceptionnelle de déambuler la nuit dans le Musée Rodin fraîchement rénové, à Paris, pour y photographier à son tour, lui aussi à la lumière nocturne, les plâtres et les bronzes du maître. Hourcade est le plus souvent « entré » dans ses sujets, taillant parfois à vif dans les œuvres à l’aide d’un appareil photo tenu à main levée. L’Œil de Wissant ou L’Homme qui marche y prennent des allures de spectres flottants reconnaissables à la profondeur de leurs ombres. Il en résulte un portfolio de vingt et une somptueuses photographies aux nuances délicates, visibles ce mois-ci à la Galerie Françoise Livinec, à Paris.

« Patrick Hourcade, La nuit Rodin »

Du 10 mars au 22 avril 2017. Galerie Françoise Livinec, 24, rue de Penthièvre, Paris-8e. www.francoiselivinec.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°699 du 1 mars 2017, avec le titre suivant : Rodin la nuit

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque