Vendredi 23 février 2018

Questions à… Anne Cartier-Bresson

Conservatrice générale en charge de l’ARCP*

L'ŒIL

Le 23 mars 2010

Nous reste-t-il encore beaucoup de négatifs sur papier du xixe siècle ?
Nous en possédons de moins en moins. Longtemps les institutions n’ont pas su les regarder, considérant le négatif comme une simple matrice. Seuls certains photographes avaient compris à quel point le négatif était important. Fort heureusement, on le redécouvre aujourd’hui, depuis l’arrivée du numérique qui nous fait revisiter les origines de la photographie pour mieux comprendre ce qui se passe maintenant.

Les musées conservent-ils les négatifs comme les positifs ?
À l’exception des calotypes, les musées n’ont pas acquis de négatifs, ou très peu. Aujourd’hui encore, on constate de la méfiance à leur égard. Cette exposition est aussi là pour alerter de leur disparition…

Pourquoi avoir monté cette exposition autour de l’Italie ?
D’abord parce que nous avions la possibilité de montrer des inédits. Ensuite parce que l’Italie, terre d’art et de culture, a été un terrain privilégié par tous les artistes, scientifiques et inventeurs du xixe qui faisaient obligatoirement le Grand Tour. Rome, Venise, Florence… étaient incontournables pour toute personne cultivée. Enfin pour le contexte politique du pays. Il s’agit de l’Italie pré-unitaire ; et nous voulions montrer que l’unité d’un pays se crée aussi par la diffusion de son image. Ce qui a été permis par les négatifs de Flachéron, Caneva et d’autres photographes…

*Atelier de restauration et de conservation des photographies de la Ville de Paris.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°623 du 1 avril 2010, avec le titre suivant : Questions à… Anne Cartier-Bresson

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque