Samedi 29 février 2020

Lyon (69)

Lyon en pleine renaissance

Musée des beaux-arts jusqu’au 25 janvier 2016

Par Isabelle Manca · L'ŒIL

Le 14 décembre 2015 - 316 mots

Il suffit de se balader dans le vaste quartier renaissant du Vieux-Lyon pour imaginer qu’elle fut l’importance de la cité au XVIe siècle.

L’ancienne capitale des Gaules, surnommée à l’époque « deuxième œil de France » et « cœur d’Europe », est alors un carrefour géographique et culturel. À la confluence de deux fleuves, sur la route reliant les pays du Nord à l’Italie et place forte de l’imprimerie, Lyon ne pouvait manquer d’attirer marchands et artistes des quatre points cardinaux. On ne peut donc que s’étonner qu’aucune exposition d’envergure n’ait exploré cet intense foyer artistique et humaniste. Il faut reconnaître que le sujet est ardu, car la ville a été éreintée par des vagues iconoclastes amputant grandement son patrimoine.

Le Musée des beaux-arts relève ce défi en mettant en exergue les forces de Lyon par des biais thématiques. Livres, peintures, dessins, gravures et objets d’art ressuscitent avec gourmandise la richesse de la scène lyonnaise. Toutes les séquences ne se valent pas et certaines sont assez embryonnaires. Cependant, le circuit brosse dans sa globalité un panorama très intéressant.

Un des temps forts est la section dédiée au portrait autour de Corneille de Lyon. Peintre septentrional, il est l’auteur de petits portraits sensibles et directs. Le musée ne possédait pas de tableaux de sa main et dévoile celui qu’il vient d’acquérir. Il prend place dans un riche corpus d’œuvres du maître. Mais Corneille se fait presque voler la vedette par un inconnu : Bernard Salomon. L’exposition fait ressurgir des limbes ce dessinateur dont les illustrations pour la Bible et les Métamorphoses ont été reprises dans les arts décoratifs à travers l’Europe pendant plus d’un siècle.

La dernière section, organisée autour de cette personnalité, renverse ainsi intelligemment la vapeur. Elle démontre que la cité a non seulement été un creuset qui a amalgamé les modèles étrangers, mais que certains best-sellers lyonnais ont aussi connu une diffusion internationale insoupçonnée.

« Lyon Renaissance. Arts et humanisme »

Musée des beaux-arts, 20, place des Terreaux, Lyon (69), www.mba-lyon.fr

Légende Photo :
Corneille de Lyon, Pierre Aymeric, marchand de Saint-Flour et consul de Lyon, 1534, huile sur bois, Musée du Louvre, Paris. © Photo : RMN/Stéphane Maréchalle.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°686 du 1 janvier 2016, avec le titre suivant : Lyon en pleine renaissance

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque