Calendrier

Les meilleures expositions de la rentrée 2018

Par L'oeil · L'ŒIL

Le 5 septembre 2018 - 3239 mots

Dans son numéro de septembre, L’Œil sélectionne pour ses lecteurs les expositions les plus prometteuses programmées cet automne 2018 en France et à l’étranger. Art ancien, art contemporain, photographie… ce qu’il faut impérativement noter dans son agenda.

Egon Schiele, <em>Self-Portrait with Chinese Lantern Plant</em>, 1912, huile sur bois.
Egon Schiele, Self-Portrait with Chinese Lantern Plant, 1912, huile sur bois.
© Leopold Museum

à paris

1 • Alberto Giacometti
Musée Maillol – Fondation Dina Vierny, Paris-7e
Du 14 septembre 2018 au 20 janvier 2019

En confrontant plus de cinquante sculptures de Giacometti à près de vingt-cinq oeuvres de sculpteurs de son époque, classiques et modernes (Rodin, Maillol, Bourdelle, Zadkine, Brancusi, etc.), l’exposition a l’ambition de porter un regard nouveau sur l’oeuvre du sculpteur suisse. OEuvres de jeunesse peu connues, rencontre avec le milieu surréaliste, retour à la figuration, période de maturité : les différentes phases de création de l’artiste sont étudiées au prisme de l’influence de ses rencontres.

2 • Venise au XVIIIe siècle 
Grand Palais, Paris-8e
Du 26 septembre 2018 au 21 janvier 2019

Au début du XVIIIe siècle, la cité italienne brille en Europe par son effervescence et son excellence artistique et jouit de la présence de grands talents comme Tiepolo, Longhi et Vivaldi. Arts plastiques, arts décoratifs, opéra, musique et théâtre nourrissent un esprit festif que le Grand Palais propose de restituer à travers de célèbres peintures, sculptures, dessins, objets et même comédiens et musiciens !

3 • Franz West 
Centre Pompidou, Paris-4e
Du 12 septembre au 10 décembre 2018

Le Centre Pompidou offre au public la toute première occasion de porter un regard rétrospectif sur l’oeuvre de l’Autrichien né en 1947, un des artistes majeurs de ces cinquante dernières années. Près de 200 oeuvres (dessins, collages, sculptures, mobiliers et installations monumentales), réalisées depuis les années 1970 jusqu’à sa mort en 2012, mettent en lumière ses réflexions, marquées par l’actionnisme viennois, sur l’interaction entre l’oeuvre et le corps du spectateur.

4 • Caravage 
Musée Jacquemart-André, Paris-8e
Du 21 septembre 2018 au 28 janvier 2019

Les dix chefs-d’oeuvre du Caravage réunis, mis en dialogue avec des oeuvres de ses contemporains, tels le Cavalier d’Arpin et Annibal Carrache, illustrent la période romaine du peintre milanais (1592-1606). Ce projet ambitieux explore non seulement la production de l’artiste, mais aussi ses liens avec les personnalités artistiques importantes de l’époque. Les prêts prestigieux dont bénéficie l’exposition, dont Le Joueur de luth de l’Ermitage présenté pour la première fois en France, en font un événement majeur de la rentrée.

5 • L’art du chantier
Cité de l’architecture, Paris-16e
Du 9 novembre 2018 au 11 mars 2019

Comment l’être humain a regardé, conçu et imaginé le chantier depuis la Renaissance en Occident ? Artistes, amateurs, journalistes, ingénieurs, architectes et entrepreneurs sont à l’origine des oeuvres et documents présentés à la Cité de l’architecture. Lieu fascinant pour sa dimension transitoire, à mi-chemin entre destruction et construction, le chantier est décrypté sur les plans technique, politique, social et artistique.

6 • Trésors de Kyoto
Musée Cernuschi, Paris-8e
Du 26 octobre 2018 au 27 janvier 2019

Rinpa est l’un des courants décoratifs les plus fameux du Japon. Née de la collaboration entre les artistes Koetsu et Sotatsu au XVIIe siècle, cette esthétique perdure encore aujourd’hui. Organisée dans le cadre de Japonismes 2018, cette exposition présente pour la première fois hors du Japon trois siècles de création Rinpa. Ces chefs-d’œuvre inestimables font l’un des événements phares de l’automne parisien.

7 • Dorothea Lange
Jeu de paume, Paris-8e
Du 16 octobre 2018 au 27 janvier 2019

Cette rétrospective met l’accent sur le militantisme social et politique de la célèbre photographe (1895 - 1965). Près de 130 photographies, accompagnées d’objets personnels et de vidéos, rendent compte, au fil d’un parcours thématique, du regard engagé de l’artiste américaine face aux bouleversements historiques de son époque, de la Grande Dépression à l’après-guerre. Sa série sur l’internement des Américains japonais pendant la Seconde Guerre mondiale est montrée pour la première fois en France.

8 • Collection Campana
Musée du Louvre, Paris-1er
Du 7 novembre 2018 au 11 février 2019

Associé au Musée de l’Ermitage, le Louvre consacre une exposition à la collection d’art antique et moderne du marquis italien Giampietro Campana, constituée à partir des années 1830. Cinq cents pièces sont réunies : objets archéologiques, peintures, sculptures, objets d’art, etc. Depuis sa dispersion en 1857, jamais autant d’oeuvres n’avaient été rassemblées. Le parcours permet de retracer l’histoire de cette collection ambitieuse qui a joué un rôle dans l’affirmation de la culture italienne au XIXe siècle.

9 • Cités du monde arabe
Institut du monde arabe, Paris-13e
Du 9 octobre 2018 au 10 février 2019

Les grands sites du Moyen-Orient sont aujourd’hui détruits ou menacés par les conflits armés et le fondamentalisme. L’Institut du monde arabe souhaite sensibiliser le public à la nécessité de préserver et de conserver ce patrimoine mondial. Reconstitutions numériques et images inédites sont au service d’une exposition immersive au coeur de quatre lieux symboliques des civilisations passées : Mossoul en Irak, Alep et Palmyre en Syrie et Leptis Magna en Libye.

10 • Cubisme
Centre Pompidou, Paris-4e
Du 17 octobre 2018 au 24 février 2019

L’approche traditionnelle du cubisme se focalise souvent sur quelques grands noms : Picasso, Braque ou Léger. L’exposition du Centre Pompidou offre un panorama d’artistes plus large. Parmi les 300 oeuvres du parcours chronologique (1907-1917), le spectateur trouvera ainsi le travail de Gleizes et Metzinger, Picabia, Sonia et Robert Delaunay, Duchamp… Une façon de saisir l’évolution dans toute son ampleur de ce courant d’avant-garde, qui n’avait pas fait l’objet d’une exposition en France depuis 1953.

11 • Jômon
Maison de la culture du Japon, Paris-15e
Du 17 octobre au 8 décembre 2018

Aucune exposition consacrée à l’art de l’époque Jômon n’avait été organisée depuis 1998 à Paris. De 11 000 à 400 avant notre ère, cette période emblématique de l’histoire du Japon a vu la naissance du raffinement de l’esthétique japonaise, qui inspire encore les créateurs contemporains. La Maison de la culture du Japon se propose d’en comprendre les caractéristiques à travers un ensemble de pièces rares et prestigieuses : poteries, jarres, figurines, accessoires, etc.


12 • Louis-Philippe à Fontainebleau
Château de Fontainebleau (77)
Du 20 octobre 2018 au 21 janvier 2019

Le souverain de la monarchie de Juillet marque une étape fondamentale dans l’histoire du château. Le roi a consacré une importante somme à sa restauration et s’y est rendu de nombreuses fois. L’ancienne résidence royale fait aujourd’hui une exception : l’exposition s’organise dans les parties historiques du bâtiment où 200 pièces retracent son évolution sous le règne de Louis- Philippe (1830-1848). Le personnage apparaît alors sous un autre jour.

13 • Madagascar
Musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris-7e
Du 18 septembre 2018 au 1er janvier 2019

Les arts de Madagascar sont peu inclus dans l’histoire des arts premiers. Le Quai Branly entend combler cette lacune. Histoire, ethnologie et esthétique sont ainsi convoqués pour comprendre cette île africaine, des périodes anciennes jusqu’à l’époque contemporaine. 350 objets domestiques et cérémoniels éclairent le rapport de cette culture méconnue au monde des vivants et à celui des esprits, ainsi que ses enjeux géographiques.

14 • Schiele et Basquiat
Fondation Louis Vuitton
Du 3 octobre 2018 au 14 janvier 2019

La vieille Europe finissante face à l’Amérique conquérante. À travers deux expositions distinctes, la Fondation Vuitton organise la confrontation de deux figures singulières et fulgurantes du XXe siècle : Egon Schiele et Jean-Michel Basquiat, tous deux morts prématurément à 28 ans. Le génie des deux artistes, leur notoriété auprès du public et le nombre d’oeuvres exposées (près de 120 pour Schiele et 140 pour Basquiat) font de ces deux expositions l’événement incontournable de la rentrée.

15 • Des impressionnistes aux fauves
Musée Marmottan Monet, Paris-16e
Du 13 septembre 2018 au 10 février 2019

La soixantaine d’oeuvres exposées, toutes venues de collections privées du monde entier, n’a peu ou jamais été montrée à Paris (pour la plupart). Dessins, peintures et sculptures dressent un vaste panorama des figures majeures de l’art en France de la fin du XIXe jusqu’au début du XXe siècle : Monet, Degas, Renoir, Rodin, Claudel, Seurat, Gauguin, Van Gogh, Redon, Bonnard, Derain, Matisse...

16 • Tomás Saraceno
Palais de Tokyo, Paris-16e
Du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019

Pour la quatrième édition de la série des cartes blanches, le Palais de Tokyo confie cette année ses espaces d’exposition à l’artiste argentin qui réalisera à cette occasion son projet le plus vaste. Saraceno, dont le travail se trouve à la croisée de l’art, de la science et de l’architecture, invite différents acteurs à participer (chercheurs, activistes, scientifiques, musiciens, philosophes, etc.).

17 • Paula Rego 
Musée de l’Orangerie, Paris-1er
Du 17 octobre 2018 au 14 janvier 2019

L’univers fantastique, entre rêve et cauchemar, de la peintre portugaise interroge dans un style réaliste les codes sociaux et les relations de pouvoir. Pour la première fois dans un musée français, Paula Rego (née en 1935) fait l’objet d’une grande exposition. Les 70 peintures et dessins réunis sont parfois mis en dialogue avec des oeuvres d’artistes du XIXe siècle, tels Goya et Daumier, qui constituent sa source d’inspiration.

18 • Les Nadar
Bibliothèque nationale François Mitterrand, Paris-13e
Du 16 octobre 2018 au 3 février 2019

L’atelier Nadar, l’un des plus importants des débuts de la photographie, doit son existence au célèbre Félix Nadar, mais aussi à son frère Adrien Tournachon et à son fils Paul Nadar. Les trois artistes et inventeurs sont mis à l’honneur dans une exposition qui a l’ambition de retracer l’histoire de leur entreprise, des années 1850 à la fin des années 1930. Le parcours, composé d’environ 300 pièces, explore leurs personnalités, leur production de portraits et leur rapport à la science.

En Regions


1 • Peindre la nuit
Centre Pompidou-Metz (57)
Du 13 octobre 2018 au 15 avril 2019

Omniprésente dans l’art depuis la fin du XIXe siècle, la nuit fait l’objet d’une exposition qui confronte la peinture à la littérature, la musique, la photographie et la vidéo. Le parcours, conçu comme une déambulation nocturne, convoque des peintures d’artistes modernes et contemporains de renom pour qui ce thème a été une source d’inspiration, moins pour son iconographie que pour ses effets troublants sur la perception et l’imagination.

2 • Mitchell et Riopelle
Fonds Hélène et Édouard Leclerc, Landerneau (29)
Du 9 décembre 2018 au 10 mars 2019

Le couple de peintres Jean-Paul Riopelle et Joan Mitchell fait figure de mythe dans l’histoire de l’art récent. Pour la première fois en France, une exposition retrace le parcours artistique du Canadien (1923- 2002) et de l’Américaine (1925-1992) au regard de leur relation, de 1955 à 1979. Des oeuvres emblématiques, pour la plupart de grand format, sont présentées.

3 • Nantes, 1886 : le scandale impressionniste
Musée d’arts de Nantes (44)
Du 12 octobre 2018 au 13 janvier 2019

En 1886, Nantes organise un grand salon d’art. Parmi les 1 800 oeuvres présentées, plusieurs sont signées par de grands noms académiques mais aussi par des artistes qui viennent d’exposer à la dernière exposition impressionniste de Paris. Avec une sélection de 80 oeuvres, le Musée d’arts de Nantes revient sur cet épisode qui fit certes scandale, mais qui marque aussi l’entrée dans la modernité de la ville.

4 • Un autre œil
LAAC, Lieu d’art et d’action, Dunkerque (59)
Du 22 septembre 2018 au 24 mars 2019

L’exposition cornaquée par Daniel Abadie propose de porter un regard nouveau sur l’art depuis 1945. La sélection de 150 oeuvres, jamais ou rarement montrées, a pour ambition de comprendre ce qui unit les propositions des 70 artistes de renom présentés. Transformer, résister ou poursuivre : quelles réponses apportent-ils aux questions posées par la génération précédente ?

5 • Splendeurs du christianisme
Musée de la Cour d’or, Metz (57)
Du 3 octobre 2018 au 27 janvier 2019

La création artistique du Moyen Âge chrétien est mise à l’honneur. La centaine d’oeuvres présentées, souvent inédites, forme un ensemble de prêts prestigieux venus de Belgique, du nord de la France, de Bourgogne-Franche-Comté, d’Auvergne-Rhône-Alpes et d’Italie. Objets d’art, sculptures, peintures, gravures, manuscrits, textiles et vitraux mettent en lumière les liens entre art et dévotion du Xe au XVIIIe siècle, de Liège à Turin.

6 • L’empereur Claude
Musée des beaux-arts, Lyon (69)
Du 1er décembre 2018 au 4 mars 2019

À contre-courant de l’image peu flatteuse souvent attribuée à Claude, né à Lyon, l’exposition dévoile l’autre visage de l’homme proclamé empereur en 41 de notre ère, en s’attardant notamment sur son savoir et ses réformes en faveur du peuple. Ce portrait positif se dessine à travers 150 œuvres antiques (statues, bas-reliefs, monnaies, etc.), accompagnées d’extraits de films et de restitutions 3D.


7 • Amour
Louvre-Lens (62)
Du 26 septembre 2018 au 21 janvier 2019

Une histoire des manières d’aimer dans les arts. Du péché originel au plaisir libertin, les 250 oeuvres, peintures, sculptures et objets d’art issus de différentes civilisations, témoignent de l’évolution de la place de la femme, du corps et de l’amour dans les cultures à travers les âges. Sont annoncés au générique : Memling, Fragonard, Delacroix, Rodin, Claudel, Niki de Saint Phalle, etc.

8 • Rennes
Musée de Bretagne, Rennes (35)
Du 20 octobre 2018 au 25 août 2019

L’exposition porte un regard historique et anthropologique sur l’environnement quotidien des habitants de la ville bretonne. En s’appuyant sur les dernières fouilles archéologiques, elle étudie les mutations du territoire, de la fondation de Rennes vers 10 avant notre ère jusqu’aux années 2000. Des dispositifs mécaniques, interactifs et audiovisuels dévoilent en quoi la ville d’hier peut être une clé de lecture de celle d’aujourd’hui et de demain.

9 • Picasso pendant la Seconde Guerre mondiale
Carré d’art, Nîmes (30)
Du 25 octobre 2018 au 3 mars 2019

Nîmes accueille une sélection de quarante œuvres du Musée Picasso de Paris afin d’éclairer la création du peintre espagnol au regard de son engagement politique. Les travaux présentés ont été réalisés par Picasso pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que Barcelone est aux mains des franquistes, parmi lesquels des chefs-d’oeuvre, tels La Suppliante et La femme qui pleure. Prendront place à leurs côtés des œuvres d’artistes contemporains du bassin méditerranéen qui se trouvent aujourd’hui en zones de conflit.


10 • Thèbes
Musée de Grenoble (38)
Du 27 octobre 2018 au 27 janvier 2019

Le Musée de Grenoble organise, en partenariat avec le Louvre, une grande exposition sur la société thébaine de la Troisième Période intermédiaire (1069-664 avant notre ère). Sont mis à l’honneur ceux qui ont servi les dieux à Thèbes à une époque d’instabilité politique : prêtres, divines adoratrices et chanteuses. De nombreux prêts prestigieux accompagnent la collection grenobloise (cercueils, statues, bijoux, vases, stèles, papyrus, etc.) pour éclairer le culte voué à la divinité égyptienne Amon-Rê.

à l'étranger


1 • Oceania
Royal Academy of Arts, Londres (Grande-Bretagne) 
Du 29 septembre au 10 décembre 2018

Avec près de 200 œuvres exceptionnelles issues de collections publiques et privées du monde entier, cette exposition d’envergure fera assurément date. Elle célèbre, à la lumière des dernières découvertes des spécialistes, la création de la Mélanésie, de la Micronésie et de la Polynésie sur une période de plus de 500 ans. Pour ceux qui ne pourront pas la découvrir à Londres, une séance de rattrapage est d’ores et déjà programmée en 2019 au Quai Branly.

5 • Niki de Saint Phalle 
Beaux-Arts de Mons (Belgique) 
Du 15 septembre 2018 au 13 janvier 2019

Pour le coup d’envoi de la Biennale de Mons, la ville inaugure une belle rétrospective, la première en Belgique, de la créatrice des « nanas », oeuvres incontournables du XXe siècle. Plus de 140 pièces retracent l’évolution chronologique de Niki de Saint Phalle, de ses premiers assemblages et tableaux des années 1950 aux Tirs du début des années 1960. Parallèlement, trois oeuvres monumentales sont installées dans la ville.

6 • Brueghel
Kunsthistorisches Museum, Vienne (Autriche)
Du 2 octobre 2018 au 13 janvier 2019

À l’occasion du 450e anniversaire de la mort de Pieter Brueghel l’Ancien, le musée viennois organise la première grande exposition monographique au monde du peintre et graveur flamand.

7 • Balthus 
Fondation Beyeler, Bâle (Suisse)
Du 2 septembre 2018 au 1er janvier 2019

L’une des figures les plus en marge des avant-gardes du XXe siècle est mise à l’honneur en Suisse, pays avec lequel l’artiste français a entretenu une relation étroite. Le parcours, qui réunit une cinquantaine de peintures significatives de l’ensemble de sa carrière, a pour point de départ Passage du Commerce-Saint-André. Les interrogations que ce chef-d’oeuvre concentre, notamment la relation de la figure à l’espacetemps, sont le fil rouge de cette exposition qui cherche à explorer la dimension énigmatique du travail de Balthus.

8 • Berlin, 1912-1932
Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles (Belgique)
Du 5 octobre 2018 au 27 janvier 2019

De 1912 à 1932, la capitale allemande est déjà un lieu de frontières : entre Est et Ouest, conflit et espoir de paix, crise économique et effervescence des années folles. La création artistique, marquée par la sombre réalité quotidienne et pourtant teintée de nouvelles utopies, témoigne de ces bouleversements sociaux, politiques et urbains. Peintures, sculptures, dessins, photographies et films d’artistes, tels Malevitch, Rodtchenko et Hausmann, font revivre ce moment particulier de l’histoire.

9 • Rosetsu
Musée Rietberg, Zurich (Suisse)
Du 6 septembre au 4 novembre 2018

Les images étonnantes de l’artiste japonais (1754-1799), réalistes ou abstraites, dynamiques ou délicates, offrent une nouvelle interprétation des motifs traditionnels de la peinture asiatique. Soixante travaux de Rosetsu offrent une vue d’ensemble de son œuvre au large répertoire stylistique et formel. Pour la première fois hors du Japon sont présentées les peintures murales du temple japonais Muryoji, réalisées par l’artiste en 1786.

10 • Jeff Wall
Mudam, Musée d’art moderne, Luxembourg
Du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019

Pour avoir pensé la photographie dans ses liens avec les autres arts comme la peinture et le cinéma, l’artiste canadien a profondément marqué l’histoire de ce médium. À travers une trentaine de photographies et de caissons lumineux de grand format, l’exposition, qui a pour sujet principal la dimension énigmatique de l’image, fait apparaître un riche panorama de son travail depuis la fin des années 1970.

11 • Johann Heinrich Füssli
Kunstmuseum, Bâle (Suisse)
Du 20 octobre 2018 au 6 février 2019

Dans la majeure partie de ses peintures, l’artiste zurichois s’empare de motifs littéraires empruntés à la mythologie antique et, plus tard dans sa carrière, de drames shakespeariens. Au-delà de l’iconographie, la théâtralité s’immisce aussi dans la mise en scène de ses compositions et l’attitude de ses personnages. C’est donc sous l’angle du drame que le musée suisse a décidé d’explorer l’oeuvre de Johann Heinrich Füssli dont sept tableaux seront présentés en dialogue avec d’autres oeuvres de l’époque.

12 • Edward Burne-Jones
Tate Britain, Londres (Grande-Bretagne)
Du 24 octobre 2018 au 24 février 2019

Les récits inspirés des mythes, des légendes et autres récits bibliques peints par Burne-Jones à la fin du XIXe siècle créent l’événement à la Tate Modern. L’exposition, la première rétrospective du peintre depuis plus de 40 ans dans la capitale britannique, rassemble plus de 150 oeuvres, peintures, vitraux et tapisseries du grand préraphaélite.

13 • Alexander Calder
Musée des beaux-arts, Montréal (Canada)
Du 22 septembre 2018 au 24 février 2019

À travers une centaine de peintures, dessins, figurines de cirque en fil de fer, mobiles posés et suspendus, stabiles de tôle et bijoux, révélateurs de la grande diversité de moyens d’expression employés par Calder (1898-1976), l’exposition rend hommage à l’un des plus grands artistes du XXe siècle. La radicalité des pratiques innovantes du peintre et sculpteur américain fait de lui un précurseur de l’avant-garde internationale.

 

 

 

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°715 du 1 septembre 2018, avec le titre suivant : Les meilleures expositions de la rentrée

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque