Vendredi 23 février 2018

L’âme de Spilliaert

Douai rend hommage à l’œuvre sur papier de l’artiste

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 17 janvier 2008

L’exposition du Musée de la Chartreuse, à Douai, consacrée à Léon Spilliaert (1881-1946), réunit une cinquantaine de dessins, encres de Chine, pastels et aquarelles, datant de 1900 à 1917.
Les marines, les autoportraits, les scènes d’intérieur ou les portraits de femmes permettent de pénétrer le monde onirique et mystérieux de l’artiste.

DOUAI - Perchée en haut d’un immense escalier surgi de nulle part, vêtue de noire et d’un voile emporté par le vent, la silhouette féminine de Vertige n’a pas fini de nous fasciner. Réalisée en 1908 par Léon Spilliaert, la toile est actuellement exposée au Musée de la Chartreuse, à Douai, qui rend hommage à la première période de création de l’artiste. La ville natale de Spilliaert, Ostende, située au bord de la mer du Nord, a constitué une source inépuisable d’inspiration.

Le peintre évoque la mer par de grands aplats de couleurs bistre et noire, dans Marine noire (1900), place la ligne d’horizon très haut, ne laisse aucun espace vital au ciel dans Marine avec sillage (1902) ou Nuage déferlant sur une plage (1900-1902). Plongée dans La Nuit (1908), Ostende est éclairée par la lumière blafarde d’un clair de lune et par les réverbères qui se reflètent dans le pavement mouillé. Les autoportraits réalisés entre 1907 et 1908 comptent parmi les œuvres les plus impressionnantes de Spilliaert, notamment l’Autoportrait au miroir, dans lequel il apparaît tel un halluciné dans une ambiance nocturne. L’exposition met aussi en lumière les rapports qu’entretenait l’artiste avec la littérature, à travers les illustrations qu’il réalisa pour l’éditeur Edmond Deman de 1902 à 1904, pour les Petites Légendes (1900) d’Émile Verhaeren, le Théâtre (1901) de Maurice Maeterlinck – un ensemble montré pour la première fois en France – ou encore Les Serres chaudes de Maerterlinck (1917).

- LES VERTIGES DE LÉON SPILLIAERT, jusqu’au 5 janvier, Musée de la Chartreuse, 130 rue des Chartreux, 59500 Douai, tél. 03 27 71 38 84, tlj sauf mardi, 10h-12h et 14h-18h (15h-18h le dimanche). Catalogue 94 p., 20 euros.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°155 du 27 septembre 2002, avec le titre suivant : L’âme de Spilliaert

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque