Vendredi 6 décembre 2019

Centre d'art

Un centre culturel pluridisciplinaire à Djeddah

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 5 février 2018 - 486 mots

DJEDDAH / ARABIE SAOUDITE

Associant art contemporain, théâtre et cinéma, « Hayy : Creative Hub » est le premier lieu du genre dans le pays. Il cible principalement le public local.

Hayy : Creative Hub, Jeddah
Hayy : Creative Hub, Jeddah
Photo Ibda Design
Courtesy Art Jameel

L’Arabie Saoudite n’est pas réputée pour sa vie culturelle. L’annonce du centre culturel de Djeddah s'inscrit dans la stratégie d’ouverture du prince héritier et vice-premier ministre, Mohammed ben Salmane (MBS). A l’origine du projet, la fondation Art Jameel créée en 2003 par la famille Jameel originaire de Djeddah, classé au quatrième rang des familles arabes les plus riches selon Forbes en 2017. A la tête de la fondation se trouve une femme, Antonia Carver, ancienne directrice de la foire Art Dubaï.

Djeddah est une ville portuaire située au bord la mer Rouge. Son aéroport international en fait un haut lieu de transit pour les villes saintes islamiques de La Mecque et de Médine. En 2017, environ deux millions de musulmans ont fait le pèlerinage à la Mecque. Comme le concède Antonia Carver au Journal des Arts, Jeddah a une dimension « très saoudienne ». La ville se libère doucement du contexte religieux. En janvier 2018 se tenait le premier salon automobile pour les femmes saoudiennes, qui seront enfin autorisées à conduire en juin prochain (c’était le seul pays au monde à interdire aux femmes de conduire). Parallèlement d’autres réformes entreront en vigueur, comme l’autorisation de se rendre au cinéma et à des concerts.

Les travaux de « Hayy : Creative Hub » ont commencé en 2017 et son ouverture est prévue en 2019. L’ambition du centre est d’abord locale, il se veut un « incubateur pour les talents saoudiens. » Antonia Carver s’enthousiasme, « il y a une scène artistique grandissante, avec des jeunes qui sont en train, ou qui vont être diplômés d’une formation en art ». Le centre est réalisé par le cabinet d'architecture Ibda. Basé à Dubaï, le cabinet est composé d’architectes japonais et du moyen orient. L’édifice est moderne bien que relativement simple, de forme rectangulaire et de couleur blanche, avec en son centre un espace ouvert.

Doté d’une surface de 17 000 m2 répartis sur trois étages, son allure très contemporaine, est revendiquée par Antonia Carver comme « le meilleur moyen d'attirer les jeunes et la meilleure forme pour accueillir différentes sortes d’art. » En effet sa structure n’est pas « monolithique » mais flexible et modifiable pour répondre au besoin de la création.

Il n’y aura pas de collection permanente mais un cycle d’expositions temporaires, qui accueilleront les œuvres de la collection de la fondation principalement composée d’art saoudien et arabe. La directrice veut cependant rendre le lieu plus international, et accueillir des oeuvres venues d’autres horizons.

L’autre grand projet de la fondation à Djeddah est la Jameel House of Traditional Arts, ouverte depuis 2015, elle propose un programme d’étude axé sur l’art traditionnel islamique et la conservation du patrimoine saoudien. Pour la directrice, les deux centres « offrent une approche différente de l’art ».

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque