Architecture

Le maire de Londres rejette le projet de tour par Norman Foster

Par Antonin Gratien · lejournaldesarts.fr

Le 17 juillet 2019 - 460 mots

LONDRES / ROYAUME-UNI

Le design controversé de la « Tulipe » imaginé par l’architecte britannique « menacerait » la skyline historique de la capitale.

Sadiq Khan, maire de Londres © Photo Shayan Barjesteh van Waalwijk van Doorn, mai 2017
Sadiq Khan, maire de Londres

Le maire de Londres Sadiq Khan vient de rejeter les plans de construction de la « Tulipe » qui avaient pourtant reçu le feu vert de la Corporation de la Cité de Londres en avril dernier. Selon l’élu, le design de cette tour panoramique haute de 305 mètres ne répondrait pas aux « standards » des gratte-ciels de la City, et menacerait l’intégrité visuelle de la Tour de Londres, située à quelques centaines de mètres.

Le projet porté par Norman Foster aurait été le deuxième plus haut bâtiment de l’Europe de l’ouest, derrière le « Shard », inauguré en 2012 à proximité du London Bridge. Le site internet de Foster + Partners indique que la « Tulipe » - qui doit son surnom à la silhouette en bulbe de son extrémité - devait abriter des installations touristiques dont un restaurant, un bar et plusieurs points panoramique à 360°. Des visites guidées centrées sur l'histoire de la ville étaient également prévues. La tour devait être ouverte d’ici 2025, et ambitionnait d’attirer 1,2 million de visiteurs annuels.

Problème : selon plusieurs défenseurs du patrimoine anglais, l’érection de cette tour au design atypique menacerait le paysage urbain des environs. « Le bâtiment endommagera ce qu’il prétend valoriser : la vue sur la richesse de l’héritage londonien », avait dénoncé l’association Historic England. 

De son côté, le Conseil International des Monuments et des Sites (ICOMOS), un organe consultatif de l’UNESCO, tirait la sonnette d’alarme en soulignant que la « Tulipe » pourrait coûter à la Tour de Londres, joyau médiéval attirant chaque année quelques 3 millions de visiteurs, son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Malgré la contestation, les édiles de la City avaient approuvé les plans d’édification de la « Tulipe » début avril 2019 en saluant une « potentielle nouvelle icône architecturale du Royaume-Uni ». 

Une perspective à laquelle le maire de Londres a coupé court lundi 15 juillet. « Je considère que ce projet pourrait menacer l’environnement historique de Londres, son image ainsi que l’espace public alentour », a indiqué Sadiq Khan dans une lettre justifiant son rejet des plans de construction du bâtiment. « À cause de sa hauteur, de sa forme et de ses matériaux, le gratte-ciel compromettrait le site de la Tour de Londres, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO », précise ailleurs le document. 

Les promoteurs du projet « Tulipe » se sont dit « déçus par ce refus d’une initiative qui pourrait apporter, sur le court et long terme, d’important bénéfices socioéconomiques à Londres, et au Royaume-Uni ». S'ils décident de faire appel, l’avenir du bâtiment sera tranché par un inspecteur de la planification ou un secrétaire d’État.

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque