Vendredi 15 novembre 2019

Ai Weiwei : « ni frappé, ni torturé »

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 18 mai 2011 - 243 mots

PEKIN (CHINE) [18.05.11] – Ai Weiwei a été autorisé à rencontrer son épouse. Selon la sœur et un ami de l’artiste contestataire chinois, Ai Weiwei n’aurait « pas subi de mauvais traitement ».

Gao Ge, la sœur d’Ai Weiwei, a indiqué à la presse que l’artiste avait reçu la visite de son épouse, Lu Qing, le dimanche 15 mai 2011. Cette première rencontre entre l’artiste détenu et l’un des membres de sa famille intervient plus d’un mois après son arrestation à Pékin par les autorités chinoises.

Dès le lendemain de cette entrevue, Gao Ge et Liu Xiaoyuan, juriste de profession et ami du dissident, se sont empressés de rassurer les défenseurs étrangers de l’artiste dissident en déclarant que la santé d’Ai Weiwei n’était pas menacée. « Il n’a pas subi de mauvais traitement ». « Il était en bonne santé, il n’a pas été frappé ni torturé ». Tels sont leurs propos rapportés par l’AFP.

Pour autant, les conditions de la rencontre entre Ai Weiwei et son épouse étaient strictes. Lu Qing avait pour obligation de ne pas s’entretenir avec son mari de la situation légale de ce dernier. Quant au lieu de sa visite, celui-ci n’a pu être localisé.

Ces derniers mois, plusieurs opposants chinois ont été victimes de « disparitions forcées ». Inquiet des nombreux soulèvements dans les pays arabes, le gouvernement chinois espère ainsi annihiler tout mouvement de résistance dans son pays.

La pétition de soutien à Ai Weiwei

La pétition en ligne pour soutenir Ai Weiwei : www.change.org/petitions/call-for-the-release-of-ai-weiwei

Légende photo

Manifestation de soutien à Weiwei - Hong Kong - 2 mai 2011 - © photo VOA - Source Wikimedia 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque