Mercredi 12 décembre 2018

Diversité

San Francisco promeut la représentation des femmes dans l’espace public

Par Elise Kerner-Michaud · lejournaldesarts.fr

Le 11 octobre 2018 - 347 mots

SAN FRANCISCO / ETATS-UNIS

La ville californienne a établi un quota pour favoriser la visibilité des figures historiques féminines dans la rue.

Georgia O’Keeffe San Francisco
Sculpture en hommage à Georgia O’Keeffe installée dans la ville de San Francisco
Photo Art Poskanzer, 2008

La ville de San Francisco a annoncé que 30 % des œuvres installées dans les espaces publics devraient désormais représenter des femmes ayant réellement existé. Cette décision est une réponse à un constat navrant et sans surprise : parmi les statues commémoratives de la ville, 84 rendent hommage à des hommes et seulement 3 à des femmes. A l’heure actuelle, sont représentées la peintre Georgia O’Keeffe, l’infirmière Florence Nightingale ainsi que Dianne Feinstein, première femme élue maire de San Francisco. En 2020, un buste de la poétesse et activiste noire américaine Maya Angelou honorera sa mémoire et commémorera le centième anniversaire du droit de vote des femmes.  

La proposition avait été formulée en juin 2017 par le démocrate Mark Farrell, alors représentant au conseil municipal. Ce dernier ayant été nommé maire par intérim en janvier 2018 pour remplacer Ed Lee, mort un mois avant, c’est Catherine Stefani qui a ensuite soutenu le projet jusqu’à son adoption à l’unanimité par le conseil municipal. Artnet news rapporte ses déclarations à l’occasion de cette décision : « Dans notre pays, les femmes sont sous-représentées non seulement au niveau des postes à responsabilité mais aussi dans l’espace public. La statue de Maya Angelou est une première étape vers une réelle représentation des femmes dans notre ville. » Une avancée que certains considèrent insuffisante étant donné que ces œuvres demeurent essentiellement commandées à des artistes hommes. 

La décision se veut néanmoins prometteuse et, pour favoriser un réel changement, concerne également le choix des noms donnés aux bâtiments publics ainsi qu’aux rues et parcs de la ville. 

La question du sens et de l’impact des images dans l’espace public suscite de nombreux débats depuis un certain temps. Elle avait déjà été soulevée il y a quelques mois à San Francisco au sujet d’une autre forme de discrimination. En mars dernier, le retrait d’une statue représentant un Amérindien sermonné par un missionnaire était annoncé et accompagné d’un affichage permanent pour en expliquer les raisons. 
 

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque