Samedi 5 décembre 2020

Restitutions

SPOLIATION

Quand Sotheby’s transigeait avec les héritiers Schloss

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 23 janvier 2019 - 470 mots

NEW YORK / ETATS-UNIS

Au moins un tableau, l’« Alchimiste » de David Teniers le Jeune, a fait l’objet d’un accord entre la maison de ventes et les descendants du collectionneur spolié par les nazis.

Téniers le Jeune (1610-1690), Alchimiste chauffant un récipient
Téniers le Jeune (1610-1690), Alchimiste chauffant un récipient, huile sur toile, ancienne collection Schloss

New York. Les revendications d’héritiers de collectionneurs spoliés par les nazis ne se retrouvent pas toujours dans les prétoires. Il arrive ainsi que ces derniers transigent. C’est ce qui s’est produit pour un tableau de Teniers le Jeune dont le Journal des Arts avait raconté l’histoire. Le JdA avait révélé que l’Alchimiste chauffant un récipient de David Teniers le Jeune, détenu par l’homme d’affaires américain Roy Eddleman, provenait de la collection d’Adolphe Schloss (1842-1910) constituée en grande partie de tableaux flamands et hollandais. La collection fut dérobée le 10 avril 1943 par la Gestapo française et une partie en fut transférée en Allemagne. À ce jour, sur les 333 œuvres volées, 166 n’ont officiellement pas été restituées selon le site ad hoc du ministère français des Affaires étrangères. En réalité, ce sont 165 œuvres qui n’ont pas été restituées, ou plus exactement qui sont toujours revendiquées car ce tableau de Teniers n’est plus réclamé par les héritiers.

Le Journal des Arts a pu en effet prendre connaissance d’un courriel officiel émanant de Sotheby’s qui révèle que le tableau a fait l’objet d’une transaction en novembre 2005 entre la maison de ventes et les héritiers Schloss (à l’époque Jean Demartini – aujourd’hui disparu –, Jacques Cartier, Alain Verney, Denis et Dominique Bargas). Cette information a par la suite été confirmée par Pierre-François Veil, avocat des héritiers Schloss. Dans le cadre de cet accord, les héritiers renoncent à toute revendication sur le tableau. Roy Eddleman, ou plus précisément le trust qui abrite son patrimoine, est donc le légitime propriétaire du tableau.

Pourquoi Sotheby’s est-elle partie prenante active dans la transaction ? La compagnie américaine ne veut pas en dire plus, mais il est probable que plusieurs tableaux de la collection Schloss aient transité par elle et qu’il a dû lui apparaître plus judicieux, prise en étau juridique et judiciaire entre les héritiers et les adjudicataires, de trouver un accord – financier ? – avec les héritiers Schloss plutôt que de dépenser beaucoup d’argent en frais d’avocats.

Quoi qu’il en soit, au moins un tableau est passé par Sotheby’s, l’Alchimiste de Teniers, vendu à Londres en décembre 1990 pour 45 000 livres sterling de l’époque (soit 63 000 euros d’aujourd’hui). Roy Eddleman est-il l’acquéreur du tableau en 1990 ou l’a-t-il acheté à l’adjudicataire ? Toujours est-il qu’il en était le possesseur en 2002, bien avant la transaction de 2005 avec les héritiers, comme en atteste le dépôt qu’il en avait fait alors à la Chemical Heritage Foundation, un musée d’histoire des sciences de Philadelphie (Pennsylvanie) devenu depuis le Science History Institute.

Selon l’avocat du trust, l’homme d’affaires envisagerait de donner l’œuvre à une institution.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°515 du 18 janvier 2019, avec le titre suivant : Quand Sotheby’s transigeait avec les héritiers Schloss

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque