Ventes publiques - Internet

Les premières ventes d’œuvres d’art en ligne d’Amazon

Par Anna Halter · lejournaldesarts.fr

Le 9 août 2013 - 490 mots

WASHINGTON / ETATS-UNIS

WASHINGTON (ETATS-UNIS) [09.08.13] – Quelques jours après son lancement, plus de 30 000 œuvres d’art, pour la plupart des multiples sont mis en vente par le géant américain de la vente par correspondance dans son nouvel espace.

Encore à l’état de projet au début du mois de juillet 2013, l’Amazon Fine Art Gallery est désormais accessible aux internautes du monde entier. Après l’échec d’une première tentative en 1999 en partenariat avec Sotheby’s, Amazon revient en force dans la vente d’œuvres d’art et entend bien concurrencer les sites existants tels que Artsy ou Artnet .

L’Amazon Fine Art Gallery est un intermédiaire entre les galeries, qui y proposent leur sélection d’œuvres, et les acheteurs. Pour Peter Faricy, vice président d’Amazon en charge des plateformes commerciales, ce modèle est une occasion de donner aux galeristes l’opportunité d’exprimer leur passion d’une manière différente et d’apporter leur expertise sur des artistes représentés.

Pour l’heure, le site fonctionne avec un nombre limité de galeries soit une centaine. Les artistes souhaitant apparaître sur le site ne peuvent y accéder qu’en étant représentés par une galerie. Ce système permet au site de mieux filtrer les œuvres proposées et de maintenir ainsi la qualité de l’offre.

La sélection des galeries, pour la plupart américaines mais également canadiennes et européennes, propose un large panel d’œuvres aux styles, techniques et sujets très différents. Face à un tel choix, le site guide les acheteurs en proposant un menu de sélection, à l’image de n’importe quel autre site de vente en ligne. Une sélection qui s’effectue par ordre de prix, par techniques, sujets, styles ou couleur. Ainsi la rubrique « art moderne » dirigera l’acheteur vers une liste de catégories par mouvements, comme « cubisme », « expressionnisme » ou « abstraction lyrique ».

Ce regroupement des œuvres par catégorie et mouvement laisse parfois à désirer et sera loin de satisfaire les connaisseurs comme dans le cas des œuvres « cubistes » où l’on retrouve aussi bien des sérigraphie de Geneviève Claisse, une lithographie de Fernand Léger ou une technique mixte sur linoleum de Picasso aux cotés d’œuvres contemporaines méconnues (dont la classification « cubiste » tient parfois de la solution de facilité et non d’un choix des plus logiques).

Les prix, variant selon la notoriété de l’artiste, peuvent atteindre le million de dollars pour une acrylique « Flowers » d’Andy Warhol qui figure parmi les têtes d’affiche aux cotés de Marc Chagall, Damien Hirst, et Salvador Dali en première page. Ces artistes de renommée mondiale font office de faire valoir au milieu d’une sélection qui présente majoritairement des artistes peu connus.

Amazon veux surtout toucher les nouveaux collectionneurs en proposant des œuvres abordables. La plupart des galeries ne manquent d’ailleurs pas de souligner le travail qu’elles effectuent en faveur d’un art accessible à la fois d’un point de vue esthétique et d’un point de vue économique.

Après le rachat du Washington Post par Jeff Bezos, les ambitions d’Amazon semblent sans limites.

Légende photo

Siège d'Amazon - © Photo Robert Scoble - 2008 - Licence CC BY 2.0

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque