Dimanche 25 février 2018

Collectionneurs

Les collectionneurs ouvrent des espaces

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 31 mars 2009

« Pour vivre heureux, vivons cachés. » Les collectionneurs commencent à fouler cet adage aux pieds.

Autrefois secrets et discrets, ils n’hésitent plus à déflorer leurs achats ou à laisser leurs noms sur les cartels des expositions. Il faut dire que l’art contemporain est devenu un art de vivre, un signe extérieur de richesse, et surtout, d’appartenance à un « club ». Certains sont allés jusqu’à ouvrir des espaces au public. En 2001, Eugenio López Alonzo crée un premier lieu pour déployer la Collection Jumex à Mexico. En 2006, le magnat ukrainien Viktor Pinchuk inaugure sa Fondation à Kiev. L’année suivante, l’amateur belge Walter Vanhaerents ouvre à Bruxelles tandis que le Portugais José Berardo installe son musée à Lisbonne. Dans le même temps, le Project Space 176 de la collectionneuse Anita Zabludowicz et la Fondation David Roberts voient le jour à Londres. L’Inde n’est pas en reste puisque les collectionneurs Anupam et Lekha Poddar inaugurent en 2008 près de New Delhi la Devi Art Foundation. En mai prochain, le magnat Peter Brant lance la « Brant Foundation Art Study Center » à Greenwich, dans le Connecticut. S’agit-il pour tous ces fondateurs d’une expression de l’ego, d’une volonté de soumettre les œuvres au regard des autres, de rendre son écot à la collectivité, ou plus simplement de sortir des caisses des pièces qui, sans cela, sommeilleraient dans un garde-meubles ? Un peu des quatre mon capitaine !

Cause commune
1994|Paris
Une poignée de collectionneurs français menés par Gilles Fuchs créent l’« Association pour la diffusion internationale de l’art français » (Adiaf). Sept ans plus tard, le cercle lance le « prix Marcel-Duchamp ».

Du nouveau en Italie
1995|Guarene, Turin
(Italie) Collectionneuse de la première heure des Young British Artists, des artistes femmes et de la jeune scène transalpine, Patrizia Sandretto Re Rebaudengo crée sa fondation à Guarene. En 2002, elle ouvre un espace à Turin dirigé par le commissaire d’exposition italo-américain Francesco Bonami.

Un parfum d’art contemporain
1996|Les Mesnuls
(Yvelines) Grâce à la vente de la firme Guerlain à LVMH, Daniel et Florence Guerlain ouvrent une Fondation aux Mesnuls. Ils fermeront cet espace excentré en 2004 pour se concentrer sur leur « Prix de dessin contemporain » lancé en 2006.

De la galerie à la Fondation
1997|Riehen/Bâle
(Suisse) Le marchand bâlois Ernst Beyeler inaugure sa fondation dessinée par Renzo Piano. En 2008, l’ancien directeur de la Foire de Bâle Samuel Keller en prend la direction.

Une Neue Galerie américaine
2001|New York
Créé par Ronald Lauder, ce musée devient une référence pour les mouvements de la Sécession viennoise et de l’expressionnisme allemand. Il accueille en 2006 le Portrait d’Adele Bloch-Bauer de Klimt acheté par Lauder pour 135 millions de dollars.

De l’architecture à l’art contemporain
2001|Alex
(Haute-Savoie) L’architecte Jean-Marc Salomon, héritier des skis du même nom, achète en 1999 le château d’Arenthon situé dans la vallée du Fier, avant d’y inaugurer deux ans plus tard sa fondation avec Gilbert & George.

Le Lingotto a son musée
2002|Turin
Quelques mois avant le décès du dirigeant de Fiat, Giovanni Agnelli, le couple inaugurait la Pinacothèque Giovanni et Marella Agnelli au Lingotto, dans l’usine automobile réaménagée par les soins de Renzo Piano.

Panza de retour en Italie
2000|Varèse
(Italie) L’Italien Giuseppe Panza di Biumo ouvre au public la Villa Menafoglio Litta Panza à Varèse, où se trouve une partie de son ensemble d’art minimal.

Art déco I
2003|Gourdon
(Alpes-Maritimes) Faisant table rase de la collection paternelle de peintres naïfs, le collectionneur Laurent Negro installe huit cents pièces d’Art déco dans un ancien castel provençal, le château de Gourdon.

La Maison rouge
2004|Paris
à l’instar des Guerlain et de Jean-Marc Salomon, le collectionneur Antoine de Galbert, héritier de Carrefour, ouvre une fondation pour y montrer des collections privées (excepté la sienne).

Frieder Burda s’ancre à Baden-Baden
2004|Baden-Baden (Allemagne)
Alors que son projet de fondation devait voir le jour à Mougins (Alpes-Maritimes), le collectionneur allemand Frieder Burda rencontre des difficultés avec la municipalité. De guerre lasse, il se tourne vers Baden-Baden.

« Je renonce »
2005|Venise
C’est en ces mots que François Pinault abandonne le projet d’une fondation sur l’île Seguin à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et achète dans la foulée le Palazzo Grassi, à Venise, inauguré en 2006. En juin prochain, il dévoilera l’espace de la pointe de la Douane.

La France a du talent
2005|Paris
Jeune héritier des Galeries Lafayette, Guillaume Houzé lance dans le grand magasin le cycle d’expositions « Antidote » pour montrer la vitalité et la diversité de la scène française.

Le mythe Bilbao
2006|Paris
Bernard Arnault annonce la création de la « Fondation Louis Vuitton » dans le jardin d’Acclimatation. Dessinée par Frank O. Gehry et dirigée par Suzanne Pagé, cette institution devrait ouvrir en 2012.

Art déco II
2006|Paris
La vente de la collection Simone et Claude Dray marque un jalon dans l’envolée des prix de l’Art déco.

Bon Baisers de Pékin
2007|Pékin
Les Belges Guy et Myriam Ullens ouvrent le « Ullens Center for Contemporary Art » (UCCA), dirigé aujourd’hui par Jérôme Sans. L’idée ? Introduire l’art contemporain chinois en Chine.

L’art comme thérapie
2008|Paris
Le producteur Claude Berri, décédé en janvier dernier, ouvre un espace pour y présenter ses coups de cœur, ainsi Gilles Barbier. L’avenir de ce lieu dépend aujourd’hui de ses héritiers.

Abramovitch, le nouveau messie ?
2008|Moscou
L’oligarque Roman Abramovitch défraie la chronique en achetant à des prix records un triptyque de Francis Bacon et un tableau de Lucian Freud (lire p. 25). Il finance aussi l’ouverture du centre d’art moscovite Le Garage, animé par sa compagne Dasha Zhukova.

Le phénomène Charles Saatchi
Londres|Ce publicitaire de génie a propulsé les Young British Artists. En 1998, un an après la très controversée exposition « Sensation » de la Royal Academy, Saatchi vend chez Christie’s 150 œuvres. Cinq ans plus tard, il ouvre un espace privé au County Hall avant d’inaugurer en 2008 une nouvelle galerie monumentale. Longtemps leader et prescripteur, il fait aujourd’hui partie des suiveurs, au gré de ses toquades pour les artistes des pays émergents.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°300 du 3 avril 2009, avec le titre suivant : Les collectionneurs ouvrent des espaces

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque