Mercredi 26 février 2020

Politique

Bulgarie : une exposition au Louvre suscite l'ire des nationalistes

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 12 février 2020 - 300 mots

SOFIA / BULGARIE

La Bulgarie veut annuler sa participation à une exposition que le musée du Louvre doit prochainement consacrer aux objets d'art produits alors que ce pays chrétien était sous domination ottomane, un thème qualifié « d'injure » par la frange nationaliste du gouvernement.

Le Musée du Louvre. © Pxhere, CC0.
Le Musée du Louvre.
Photo Pxhere

"Il est probable que l'exposition soit annulée ou remplacée par une autre", a indiqué mardi à l'AFP une porte-parole du ministère bulgare de la Culture, ajoutant que des discussions avec le musée parisien étaient en cours. Un communiqué du même ministère, lundi, avait jugé souhaitable l'annulation de la manifestation "vu la position (...) de l'Eglise orthodoxe bulgare et les réactions de l'opinion publique". L'exposition prévue au Louvre au deuxième semestre 2020 et provisoirement intitulée "Arts et cultures en Bulgarie (16-18e siècle)" doit mettre à l'honneur une soixantaine d'objets dont des icônes, des vases d'église, des manuscrits et des bijoux, produits durant cette période centrale de la domination ottomane sur la Bulgarie (1396-1878).

Le parti nationaliste VMRO, allié de gouvernement des conservateurs, a qualifié de "moquerie" et d'"injure" une exposition qui met en valeur "l'influence de l'islam sur la chrétienté". L'Eglise orthodoxe, à laquelle appartiennent traditionnellement plus de 80 % des Bulgares, a annoncé lundi qu'elle refusait de prêter des icônes et des objets d'un monastère et de deux musées de l'Eglise pour cette manifestation.

"Les influences de l'islam sur le christianisme en Bulgarie sont indirectes, sporadiques et limitées" et ne peuvent constituer le cœur d'une exposition au Louvre, a affirmé mardi à la télévision bTV l'historien Emanouil Moutafov, un expert de l'Académie bulgare des sciences consulté par le gouvernement. L'exposition est prévue au département des Arts de l'Islam du grand musée parisien, un cadre que cet historien a jugé inapproprié.

Contacté par l'AFP, le Louvre n'avait pas réagi dans l'immédiat.

Cet article a été publié par l'AFP le 11 février 2020.

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque