Vendredi 25 septembre 2020

Zahi Hawass quitte le nouveau gouvernement égyptien

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 9 mars 2011 - 356 mots

LE CAIRE (EGYPTE) [09.03.11] - Zahi Hawass, ancien ministre d’Etat aux Affaires Antiques vient d’annoncer qu’il quittait le gouvernement après l’annonce d’un nouveau gouvernement égyptien dirigé par Essam Charaf. Après les nombreuses rumeurs le concernant, son sort est enfin officialisé.

Sur son site internet, Zahi Hawass déclare dans une interview qu’il quitte le nouveau gouvernement de transition dirigé par Essam Charaf. Après de nombreuses rumeurs sur son départ, il a levé le voile sur ses intentions et annoncé sa démission.

Zahi Hawass avance que parmi les nombreuses raisons qui le font quitter le gouvernement figure le manque de protection des sites culturels, musées et sites archéologiques. Selon lui, durant les 10 derniers jours, l’armée a abandonné les postes qu’elle tenait pendant la Révolution du 25 janvier. Ces sites sont désormais sous la protection de la police des Touristes qui ne s’en occupe pas. Des tombes ont ainsi été détruites, des réserves d’antiquités pillées, des maisons sont en construction dans des sites préservés et des excavations ont lieu la nuit. Zahi Hawass dit avoir déclaré lors d’une réunion du cabinet ministériel égyptien : « Je ne peux rester en Egypte et voir les antiquités être volées si je ne peux rien faire pour empêcher cela ! ».

La deuxième raison qui a poussé l’ancien ministre à partir, le concerne davantage : deux personnes du département des Antiquités et un professeur d’université, ancien directeur des Antiquités, l’ont accusé de vol d’antiquités et d’autres actions illégales. Pour Zahi Hawass, ce sont ces personnes qui ont poussé des jeunes à protester contre lui, lors de sa nomination au gouvernement le 31 janvier 2011.

Zahi Hawass affirment que les antiquités du pays, quelles qu’elles soient, ne sont plus en sécurité. Il s’attribue le mérite de l’afflux de nombreux touristes dans le pays par son travail de fouille, de découvertes et d’écrits diffusés dans le monde entier.

Malgré tout, Zahi Hawass ne s’oppose pas à un retour dans le gouvernement « si la protection des sites est renforcée et si la police fait son travail ». Le nouveau gouvernement n’a pas encore dévoilé qui le remplacera et Zahi Hawass ne s’est pas encore prononcé sur ses futures positions.

Légende photo

Dr Zahi Hawass - Photo Hajor - 2003 - Licence CC BY SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque