Mardi 21 septembre 2021

Un tribunal chinois accepte d’examiner une plainte d’Ai Weiwei

Par Chloé Da Fonseca · lejournaldesarts.fr

Le 10 mai 2012 - 288 mots

PEKIN (CHINE) [10.05.12] – Evènement rare, un tribunal chinois a accepté d’entendre la plainte déposée par l’artiste dissident Ai Weiwei. Ce dernier accuse le gouvernement chinois de violer la loi en imposant une amende de 15 millions de yuans pour évasion fiscale à la société qui vend ses œuvres.

En janvier 2012, Ai Weiwei menaçait déjà de porter plainte contre les autorités chinoises. Le fisc avait alors accepté de réétudier le dossier de redressement fiscal qui ordonnait à la compagnie de l’artiste, la Beijing Fake Cultural Development Ldt., de payer une amende de 15 millions de yuans (1,8 millions d’euros) pour évasion fiscale. Mais finalement, l’administration fiscale a rejeté la demande et réclame toujours le montant de l’amende à Ai Weiwei.

Le 7 mai 2012, la cour du district de Chaoyang de Pékin a accepté de recevoir la plainte d’Ai Weiwei. Selon l’artiste et l’avocat de sa compagnie, Pu Zhiqiang, les autorités ont violé la loi à plusieurs reprises : elles n’ont jamais présenté les documents originaux qui prouveraient la fraude fiscale ; en juillet 2011 avait lieu une audience à huis-clos sans la présence d’Ai Weiwei. Ai Weiwei a déclaré à Reuters : « J’espère qu’ils pourront établir un verdict indépendant, mais c’est difficile à dire à cause de l’intervention possible des bureaux du fisc et de la sécurité publique ».

Ai Weiwei est l’un des artistes majeurs de la scène artistique chinoise, et probablement son plus célèbre dissident. En 2011, il avait été arrêté pour « crime économique » avant d’être relâché quelques mois plus tard. Sous surveillance policière, sa dernière protestation en date fut l’installation de webcams à son domicile.

Légende photo

Ai Weiwei - © Photo : Hafenbar - 2007 - Licence CC BY-SA 2.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque