Un portrait a été de nouveau attribué à Rembrandt

Par Chloé Da Fonseca · lejournaldesarts.fr

Le 29 mars 2012 - 369 mots

WOBURN (ROYAUME-UNI) [29.03.12] – L’œuvre de Rembrandt avait été vue en public pour la dernière fois en 1950. Son authenticité étant contestée, les propriétaires la conservent depuis dans la partie privée de leur résidence de Woburn Abbey. Ernst van de Wetering, président du Rembrandt Research Project, a annoncé, après avoir été invité à étudier l’œuvre, qu’il s’agit bien d’un tableau réalisé par le maître. 

Le Vieux Rabbin se trouve dans les collections du duc de Bedford depuis le XVIIIe siècle. Acquis comme étant une œuvre de Rembrandt, son authenticité fut peu à peu incertaine. Après avoir été intrigué par l’œuvre durant 9 ans, le conservateur Chris Gravett convie, en 2011, Ernst van de Wetering à étudier le tableau à Woburn Abbey (à 70 km au nord-ouest de Londres). Faisant autorité dans le milieu, l’expert a certifié que l’œuvre a bien été réalisée par l’artiste hollandais. Selon lui, « cette peinture est l’une des évocations les plus impressionnantes de la dignité de la vieillesse dans l’œuvre de Rembrandt. La façon dont la lumière fait émerger la figure de l’espace sombre et illumine la peau ridée du visage, et les mains reposant sur un bâton, confirment qu’il s’agit d’un exceptionnel spécimen de l’art de Rembrandt » rapporte le site Internet de Woburn Abbey.

L’expert suggère également que Le Vieux Rabbin pourrait aller de pair avec un autre portrait conservé à la Gemäldegalerie de Berlin, considéré comme un portrait de Saskia, l’épouse de Rembrandt. Tous deux auraient été peints vers 1643 sur un panneau en acajou, ils partagent de nombreuses similitudes dans le traitement des costumes, des poses et des détails, notamment des bijoux. Ernst van de Wetering propose de lire les pendants comme des évocations de l’histoire de Ruth (dans l’Ancien Testament) qui épousa Boaz, beaucoup plus âgé qu’elle.

Il est notoire que les attributions de Rembrandt sont complexes ; entre ses nombreux assistants et élèves, l’atelier de l’artiste hollandais produisait une grande quantité d’œuvres qui n’étaient pas toutes de la main du maître. Le Vieux Rabbin, longtemps délaissé tout en haut d’un mur de la bibliothèque, reprend sa place parmi les joyaux de la collection de Woburn Abbey. « Nous sommes très heureux d’offrir au regard du public cette exquise peinture » s’enthousiasme Jonathan Irby, directeur général du domaine abbatial.

Légende photo :

Woburn Abbey, près de Woburn dans le Bedfordshire, résidence du duc de Bedford, propriétaire du Rembrandt - Photo : Viki Male - 2006

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque