Dimanche 16 décembre 2018

Un autoportrait présumé de Léonard de Vinci authentifié par des scientifiques italiens

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 4 mai 2010 - 346 mots

CHIETI (ITALIE) [04.05.10] – Après différents tests scientifiques, des experts italiens ont conclu qu’un autoportrait présumé de Léonard de Vinci est bien de la main de l’artiste florentin.

Une équipe de scientifiques et d’experts légistes dirigée par Luigi Capasso, professeur d’anthropologie à l’Université de Chieti en Italie a conclu qu’un portrait présumé de Léonard de Vinci découvert en 2008 était bien un autoportrait de l’artiste, d’après le Sunday Times.

Le tableau dit « Le portrait d’Acerenza » a été découvert en 2008 par Nicola Barbatelli, un historien médiéviste dans une collection privée de Salerne – en Campanie. Mesurant 60 x 44 cm, il représente un homme âgé d’environ quarante ans, les cheveux longs portant une longue barbe et coiffé d’un chapeau noir avec une plume blanche.

Lors de sa découverte, le tableau avait agité le monde de l’art italien. Il fut très discuté notamment par le très médiatique critique d’art, écrivain et homme politique Vittorio Sgarbi qui affirmait dans les colonnes du journal La Repubblica que c’était un faux réalisé au XIXe siècle. En janvier 2009, le tableau fut même transféré au Vatican pour y être exposé sous haute protection. Nicola Barbatelli, quant à lui, n’a jamais eu aucun doute sur l’authenticité de l’œuvre qui présentait de trop grandes similitudes avec un portrait de Léonard conservé à la Galerie des Offices à Florence.

La conclusion des experts s’appuie sur une série d’analyses : détermination de l’essence de bois (du tilleul), datation au carbone 14, analyse céphalométrique du visage, radiographie et analyse chimique des pigments. L’étude graphique de l’inscription « Mea pinxit » – « peint par moi » – au dos du tableau a permis de déterminer que l’écriture correspondait à celle de Léonard de Vinci dans ses manuscrits du Codex Atlanticus. Une attribution corroborée par la concordance de deux empreintes digitales présentes sur le portrait avec celles d’une autre œuvre de l’artiste. La datation radiocarbone précise que le tableau a été peint entre 1478 et 1520.

Les détails des résultats seront dévoilés lors d’une conférence de presse le 8 mai 2010 à l’Université de Chieti.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque