Venise

Un plus grand Musée Correr

Les directeurs des grands musées étrangers ont été consultés

Le Journal des Arts

Le 1 octobre 1994 - 469 mots

Le concours pour la revalorisation architecturale des espaces sera lancé en février prochain. Le comité international constitué dans les premiers jours de juillet a programmé la revalorisation des musées de la Place Saint-Marc, en particulier du Musée Correr.

VENISE - La valeur du patrimoine artistique de Venise mis en jeu nécessite la collaboration des directeurs des grands musées étrangers et italiens, qui proposeront les solutions les plus pertinentes pour cette rénovation. L’objectif le plus ambitieux de cette entreprise est d’arriver à coordonner des musées dont les cadres juridiques sont cependant différents – villes, État, Curie – et à rationaliser les espaces spécifiques que sont les Procuraties.

À plus court terme, il s’agit de faire du Musée Correr le musée de la Ville de Venise, et d’augmenter sa superficie de 10 000 à 30 000 m2.

Pour cela, on envisage de récupérer des espaces appartenant à la commune, et d’acquérir l’espace des vieilles Procuraties qu’ont abandonné le Tribunal et les Assurances générales. Le comité international est composé de J. Carter-Brown, directeur de la National Gallery de Washington ; Michel Laclotte, Musée du Louvre ; Neil MacGregor, National Gallery de Londres ; Giovanna Nepi Sciré, surintendante aux Biens artistiques de Venise. Le comité sera flanqué d’une commission vénitienne composée de Don Bruno Bertoli (Curie), de Francesco Dal Co et de Lionello Puppi.

Durant l’été, le comité international s’est efforcé d’élaborer un document énonçant les lignes de force du projet. Michel Laclotte a tenu à préciser que chaque musée a sa propre tradition, et qu’il s’agit donc d’avoir à l’esprit qu’un même modèle ne peut pas toujours s’appliquer. En septembre, un groupe de professionnels, présidé par un coordinateur choisi par le comité, a donné des avis concrets pour la refonte architecturale des lieux.

En février 1995, le concours sera lancé et ouvert à tous ; en juin, le projet vainqueur sera sélectionné. À la fin de 1995, les travaux pourront commencer. On pense les financer en ayant recours à un prêt international, qu’on prévoit de rembourser par la vente des billets et la mise en service de bars, cafétérias, points de vente, etc.

Mais Giovanna Nepi Sciré, surintendante du musée, a émis des réserves sur l’accroissement du nombre des visiteurs et des touristes, sur cette place Saint-Marc déjà très encombrée.

Quant aux expositions, il serait bon que celles du Palais ducal et du Musée Correr soient transférées à la Pointe de la Douane. Toutefois, les négociations entre la Ville de Venise et le ministère des Finances, propriétaire du bâtiment, sont actuellement dans une impasse.

La Ville de Venise vient de prendre la décision d’intégrer le Palazzo Fortuny et ses collections dans le système des musées municipaux, en conservant le même directeur et la même ligne culturelle. En ce qui concerne l’art contemporain, un lieu d’exposition pourra probablement être créé dans l’espace Jardins-Arsenal.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°7 du 1 octobre 1994, avec le titre suivant : Un plus grand Musée Correr

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque