Vendredi 3 décembre 2021

Donation - Musée

Un don des Amis du Louvre en mémoire de Michel Laclotte

Par Julie Goy · lejournaldesarts.fr

Le 19 novembre 2021 - 466 mots

PARIS

Une rare œuvre du Maître de l’Observance, peintre favori de l’ancien directeur du Louvre, va rejoindre les collections du musée.

Maître de l'Observance, Le rêve de Saint Joseph (détail), début du XVe siècle, tempera et or sur bois, 16 x 12 cm. © Musée du Louvre / Hervé Lewandowski
Maître de l'Observance, Le rêve de Saint Joseph (détail), début du XVe siècle, tempera et or sur bois, 16 x 12 cm.
© Musée du Louvre / Hervé Lewandowski

Michel Laclotte (1929-2021) était l’un des plus importants spécialistes de la peinture française et italienne des XIVe et XVe siècles. Il était aussi un grand admirateur de l’œuvre mystérieuse du Maître de l’Observance, à tel point qu’il fonda le très restreint « club des amis du Maître de l’Observance ». Pour rendre hommage à l’ancien directeur du musée du Louvre, les Amis du Louvre viennent d’offrir au musée un rare tableau réalisé par le peintre primitif siennois, vers 1430-1440, intitulé Le songe de Saint Joseph. 
Cette donation a été permise grâce au mécénat de M. Michel David-Weill, avec le concours de la galerie Sarti, qui se souvient que Michel Laclotte avait pu apprécier le tableau de son vivant en visitant la galerie. 

Maître de l'Observance, Le rêve de Saint Joseph, début du XVe siècle, tempera et or sur bois, 16 x 12 cm. © Musée du Louvre / Hervé Lewandowski
Maître de l'Observance, Le rêve de Saint Joseph, début du XVe siècle, tempera et or sur bois, 16 x 12 cm.
Courtesy Musée du Louvre / Hervé Lewandowski

Le sujet de l’œuvre a été identifié comme étant le songe de saint Joseph, un épisode biblique moins traité que celui de la Fuite en Égypte. Selon Thomas Bohl, conservateur des primitifs au musée du Louvre qui s’est occupé de l’achat de l’œuvre (mais ne souhaite pas communiquer le prix d’achat), le tableau témoigne d’une grande imagination de la part de son auteur, par les choix d’une composition originale et d’une iconographie rare. Il s’inscrivait certainement dans un cycle narratif – une hypothèse évoque le grand retable d’Asciano – mais aucune piste n’a été retenue à ce jour. L’entrée de l’œuvre dans les collections du musée devrait permettre, selon Thomas Bohl, d’en apprendre davantage sur l’origine de ce tableau.

Le songe de saint Joseph sera présenté comme étant attribué au Maître de l’Observance, accompagné de l’indication « Sano di Pietro ? » entre parenthèses, afin de conserver la part de doute qui entoure aujourd’hui l’identité de l’artiste. Ce mystère participait au charme de l’œuvre aux yeux de Michel Laclotte, bien qu’il fût intimement convaincu que l’œuvre revenait au Maître de l’Observance. Elle prendra place dans la salle des primitifs au sein de laquelle est présentée un retable de Domenico Ghirlandaio, également offert par la Société des Amis du Louvre en 2019.

Louis-Antoine Prat, président de la Société des Amis du Louvre, rappelle que « Michel Laclotte aimait les primitifs pour leur innocence autant que pour leur sens si subtil de l’espace ». Selon le directeur, Michel Laclotte a toujours témoigné d’une grande passion pour la peinture primitive italienne, qu’il a eu le mérite de remettre au goût du jour. On lui doit le Petit Palais d’Avignon, consacré en grande partie à l’art italien primitif, ainsi que la création d’une salle dédiée aux primitifs au musée du Louvre. 

Cette acquisition participe au cycle d’hommages rendus par le musée à Michel Laclotte, souhaité par la nouvelle présidente-directrice du musée du Louvre Laurence des Cars qui vient de rebaptiser l’auditorium du Louvre « Auditorium Michel Laclotte ». 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque